Quand les « Contis Pros » font parler la poudre…

0
TodayCycling - Lilian Calmejane fait partie des six coureurs Continental Pro à avoir battu un peloton Wolrd Tour en 2016. Photo : Direct Energie
TODAYCYCLING - Lilian Calmejane fait partie des six coureurs Continental Pro à avoir battu un peloton Wolrd Tour en 2016. Photo : Direct Energie

Lors de chaque épreuve World Tour, quelques équipes Continentales Professionnelles sont jetées dans la cage aux lions, au gré des invitations qu’un désir, que l’on pourrait croire masochiste, les incite à solliciter. Si l’exposition ainsi obtenue est souvent cruciale, rares sont les coureurs à pouvoir se vanter de battre leurs homologues World Tour sur leur chasse gardée. En 2016, on compte 9 victoires continentales professionnelles sur les 27 épreuves du calendrier World Tour. 9 bouquets pour… 145 en jeu ! Et ces victoires sont le fait de seulement 6 coureurs ! Retour sur les exploits de ces Élus…

1/ Nacer Bouhanni – 4e étape de Paris-Nice

En se présentant au départ à Conflans-Sainte Honorine, le sprinter français a déjà une victoire dans la musette en 2016, acquise sur le Tour d’Andalousie. Et lorsqu’il se présente au départ de la 4e étape de Paris-Nice, Nacer Bouhanni a déjà conquis deux podiums depuis Conflans. Insuffisant pour qui, comme lui, ne se satisfait que de la victoire. C’est sur cette 4e étape que son coup de rein va finalement lui permettre de l’obtenir, aux dépens de coureurs tels qu’André Greipel, Alexander Kristoff ou Michael Matthews. Et s’il abandonnera avant Nice, ce succès le met dans les meilleures dispositions avant d’affronter Milan-San Remo.

2/ Nacer Bouhanni – 1e et 2e étape du Tour de Catalogne

Le Tour de Catalogne est traditionnellement une épreuve destinée aux grimpeurs, et rares sont les étapes permettant aux sprinteurs de s’exprimer. C’est sans doute pour cela que la majorité d’entre eux préfère s’abstenir d’y participer. Au plateau 2016, les noms les plus clinquants du sprint étaient Ben Swift, Gianni Meersman, Daryl Impey ou encore Carlos Barbero. Pas de quoi effrayer le coureur de la Cofidis. Et les deux premières étapes en Catalogne ne vont pas le mettre en défaut, malgré leurs dénivelés positifs substantiels. C’est donc un doublé qu’il va claquer en Espagne, avant de mettre la flèche au cours de la 3e étape, maillot de leader sur le dos.

3/ Enrico Gasparotto – Amstel Gold Race

Lorsqu’il s’élance de Maastricht le 17 avril 2016, Enrico Gasparotto a de très sérieuses références sur l’Amstel Gold Race. Cette course est certainement celle qui met le mieux ses qualités de puncheur en valeur. Avec 5 tops 10 (dont une victoire) entre 2010 et 2015, l’Italien fait même légitimement figure de favori aux côtés des Matthews, Gerrans, Gilbert, Kwiatkowski… C’est avec une attaque dans le Cauberg, à 2 km de l’arrivée, que le coureur de Wanty-Groupe Gobert va s’extirper du petit peloton de rescapés et devancer au sprint Michael Valgren. Cette Amstel a d’ailleurs été propice aux équipes Continentales Professionnelles puisque c’est Sonny Colbrelli (Bardiani CSF) qui a complété le podium.

TodayCycling - Gasparotto s'impose sur l'Amstel et rend hommage à son coéquipier Antoine Demoitié, décédé trois semaines plus tôt. Photo : Amstel Gold Race
TodayCycling – Gasparotto s’impose sur l’Amstel et rend hommage à son coéquipier Antoine Demoitié, décédé trois semaines plus tôt. Photo : Amstel Gold Race

4/ Giulio Ciccone – 10e étape du Giro

Les Tifosis s’enflamment vite lorsqu’un jeune coureur Italien se révèle en montagne. Et avec Giulio Ciccone, il ont de quoi se montrer enthousiastes. Gagner une étape du Giro en altitude, pour un néo-professionnel de 21 ans seulement, voilà qui est prometteur. Le grimpeur de Bardiani CSF s’est imposé face à ses 10 compagnons d’échappée, prenant les choses en main dans l’exigeante montée de Pian del Falco avant de décrocher les derniers récalcitrants (Pirazzi et Cunego) au pied de Sestola et de s’offrir une victoire de prestige.

5/ Alexander Foliforov – 15e étape du Giro

Lorsque RCS, organisateur du Giro, a annoncé l’invitation de l’équipe Gazprom-RusVelo en janvier 2016, le scepticisme était grand. Si les doutes sur cette équipe ne sont pas totalement dissipés, force est de reconnaître que celle-ci a prouvé que sa wild card était légitime en s’adjugeant l’une des étapes-clef du Giro. Alexander Foliforov s’est ainsi imposé lors du contre-la-montre en côte menant les coureurs à Alpe de Siusi, devant tous les prétendants à la victoire finale et devançant Nibali, futur vainqueur, de plus de 2 minutes. L’équipe russe aura d’ailleurs marqué cette journée avec la 4e place de Sergey Firsanov et le seul hors délai du jour (Artur Ershov).

6/ Nacer Bouhanni – 1e étape du Dauphiné Libéré

Quatrième et dernière victoire en World Tour de l’année pour Bouhanni, qui rendra hommage au boxeur Mohammed Ali en franchissant la ligne d’arrivée. Comme un prélude à cet hommage, le sprint fut particulièrement houleux entre les équipiers de Cofidis et de Katusha, avec quelques coups de casque échangés. Alexander Kristoff ne pourra finalement se mêler à la lutte pour la victoire, permettant à Bouhanni d’obtenir une nette victoire devant Jens Debusschere et Sam Bennett. La suite de la saison en World Tour sera plus frustrante pour le Français, avec notamment un forfait pour le Tour de France et un déclassement sévère sur l’EuroEyes Cyclassics.

TodayCycling - Nacer Bouhanni s'impose aux forceps lors du Dauphiné Libéré. Photo : Le Tour
TodayCycling – Nacer Bouhanni s’impose aux forceps lors du Dauphiné Libéré. Photo : Le Tour

7/ Pieter Weening – 5e étape du Tour de Suisse

Transfuge d’Orica GrennEdge, Pieter Weening est le fer de lance de l’équipe Roompot – Oranje Peloton en 2016.  En récent vainqueur du Tour de Norvège, il est déjà l’auteur d’une performance de choix. Ancien vainqueur d’étapes sur les Tours de France et d’Italie, il est encore un grimpeur émérite à 35 ans. A l’avant avec une quinzaine de coureurs sur cette 5e étape, il attaque dès le pied de la dernière ascension vers Amden et s’envole pour finir loin, très loin devant ses compagnons d’échappée. Avec de telles performances, on comprend que son équipe ait souhaité le conserver deux ans de plus.

8/ Lilian Calmejane – 4e étape de la Vuelta

Néo-professionnel en 2016, Lilian Calmejane a été sélectionné sur le Tour d’Espagne par Direct Energie et Jean René Bernaudeau pour prendre part à son premier Grand Tour. Il s’aligne ainsi au départ de la Vuelta le 20 août… Et remporte l’étape du 23… C’était, et c’est encore à cette heure, la seule victoire de sa carrière. Mais quelle victoire ! Issu d’une échappée précoce, qui comptait des concurrents du calibre de Pierre Rolland, Andrey Zeits ou encore Thomas de Gendt, l’Albigeois s’est détaché de ses derniers concurrents à 9 kilomètres de l’arrivée et a su résister à l’expérimenté Colombien Darwin Atapuma pour s’imposer en solitaire à San Andrés de Teixido. On a connu baptême de feu plus poussif…

Quel coureur ressortir parmi ces performances exceptionnelles ? Enrico Gasparotto, seul coureur de deuxième division à avoir levé les bras sur une classique ? Les néo-pros Giulio Ciccone et Lilian Calmejane, qui ont réussi l’exploit de gagner sur leur premier Grand Tour ? Alexander Foliforov qui a devancé à la pédale les cadors du Giro ? Ou plutôt Nacer Bouhanni qui a gagné non pas une, mais quatre fois sur le circuit WT (en seulement 8 courses disputées) ?

SONDAGE

Plus d’actualités cyclisme sur TodayCycling ici !

VIDEO CYCLISME
Amstel Gold Race 2016 – Victoire d’Enrico Gasparotto

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE