Les garde-boue SKS RaceBlade Pro pour vélo de route : simples et efficaces.

Au sein du peloton amateur, la question divise. Garde-boue ou pas pour le mulet et l’hiver ? Si il s’avère que les garde-boue ont une réelle efficacité sur les projections d’eau et de boue, ils sont bien souvent bannis car peu pratiques et esthétiquement moches. Alors, pour TodayCycling, j’ai essayé les garde-boue SKS RaceBlade Pro, à contre cœur il est vrai. Mais…

SKS RaceBlade Pro : pour tous les vélos de route

Ce qui est pratique avec les garde-boue de la marque SKS c’est qu’ils sont d’abord adaptables sur n’importe quel vélo de route. Pas besoin d’œillets – ils sont de toute façon inexistants sur la plupart des vélos de route typés compétition, ils se fixent sur la fourche et les haubans arrières à l’aide de petites sangles en caoutchouc. Leur fixation convient aux fourches aéro et aux freins à disques. La version ici utilisée, est compatible pour les pneus allant de 18 à 25 de section. Pour les pneus plus larges, il faut opter pour les SKS RaceBlade Pro XL qui eux supportent des sections jusqu’à 32 mm. Comptez environ 35€ pour s’en équiper : disponible ici en Pro et en Pro XL (liens affiliés).

Essai des SKS RaceBlade Pro sur la route

La fixation se fait rapidement et simplement. Après, il faut jouer un peu avec les différentes articulations pour les ajuster au mieux. Il faut faire en sorte que les garde-boue soient proches du pneu, mais pas trop pour éviter les frottements à la moindre relance ou bosse passée en danseuse. Une fois fixés, les garde-boue tiennent bien en place sans les attacher comme un « bourrin ». A première vue, ils couvrent bien la roue avant et arrière. La bavette au bout du garde-boue en plastique ajoute un peu de longueur et c’est appréciable.

Finalement, ils s’oublient assez vite. Esthétiquement, le vélo n’est pas beaucoup plus moche qu’il ne l’était avant l’installation. Sur les premiers tours de roues, on y pense beaucoup. On a même l’impression de se traîner plus qu’à l’accoutumée avec ces « machins » atour des pneus. Mais bizarrement, on les oublie au fur et à mesure des kilomètres. La seule chose qui peut nous rappeler leur présence, c’est que le garde-boue arrière a tendance à légèrement claquer sur l’étrier de frein sur les routes défoncées. Mais rien de gênant.

Alors maintenant, on a hâte qu’il pleuve pour les essayer ! Et ça tombe bien, car l’automne est beaucoup moins sec que l’été qu’on a eu. Les garde-boue font très bien leur travail. Celui de l’avant, couplé à sa bavette, offre une protection intéressante. Les pieds sont peu mouillés et les couvre-chaussures percent beaucoup moins facilement. L’arrière, lui, protège bien le dos et les fesses. Garder son arrière train au sec est très appréciable. Et par voie de conséquences, étant donné que nous sommes moins mouillés, on ressent beaucoup moins les effets des températures basses. Avec des garde-boue aussi longs, on vous remercie presque lorsque l’on passe en groupe sur une route très sale. Par contre, du coup, vous pestez facilement contre ceux qui n’ont pas de garde-boue et vous en mette plein la figure. Sinon, l’autre belle satisfaction, c’est que le vélo est beaucoup moins sale. Plus besoin d’y passer du temps après la sortie.

pub

Alors, ravi des garde-boue ?

Sur cette question, il n’y a pas de doute : bien sûr que je suis ravi des garde-boue SKS RaceBlade Pro. Et pour plusieurs raisons. D’abord financièrement, ils restent abordables pour un prix d’environ 35€ sur Wiggle.

Ensuite, car ils offrent une protection vraiment sympa. Ils sont assez longs pour couvrir quasi toute la roue. On a l’impression que la bavette va même toucher le sol. Et cela permet une protection totale sur l’avant comme sur l’arrière. Les pieds sont beaucoup moins mouillés et les fesses sont gardées au sec.

Et surtout car c’est un achat unique. Cela veut dire que je ne devrais jamais en racheter de ma vie (sauf si je tombe et que j’en casse un, évidemment). Par contre, à y réfléchir, j’aurais peut-être dû opter pour la version XL pour les pneus de 25 à 32mm. Je suis équipé en 25 à l’arrière et le garde-boue est vraiment juste et un peu fastidieux à régler au mieux.

Retrouvez toutes les présentations et tests de TodayCycling : ici.

Antoine BARTHELEMY
Passionné par la route. Inconditionnel du cyclo-cross. Pratique le cyclisme sur route de manière assidue depuis plusieurs années. Tente de ressembler à son idole Fabian Cancellera (la puissance en moins). Créateur de Velophiles, le site des cyclistes qui progressent.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.