Jour de gloire d'Ana Kiesenhofer aux Jeux olympiques de Tokyo
Echappée dès le départ, Ana Kiesenhofer surprend toutes les favorites. Photo : @UCI_cycling
0 Partages

Incroyable scénario sur la course en ligne féminine des Jeux olympiques de Tokyo. A la surprise générale, l’Autrichienne Anna Kisesenhofer a devancé l’ensemble des favorites dont la Néerlandaise Annemiek van Vleuten et l’Italienne Elisa Longo Borghini qui finissent sur le podium, mais pas sur la plus haute marche. Membre de l’échappée, la médaillée d’or s’est isolé en tête de course à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée et a résisté ensuite au retour des cadors du peloton. Jusqu’à présent, en dehors de son championnat national, Kiesenhofer s’était imposé une seule fois, lors d’une étape du Tour Cycliste Féminin International de l’Ardèche.

Jour de gloire pour Anna Kiesenhofer

Personne ne l’avait vu venir. Au terme d’un scénario inhabituel, le titre olympique sur la course en ligne féminine est revenue à Anna Kiesenhofer. L’Autrichienne de 30 ans est loin d’être la cycliste la plus reconnue à l’échelon international, mais a su saisir parfaitement sa chance le jour J. Au moment où elle a pris l’échappée alors que le départ fut à peine donné, c’était difficile de croire qu’elle aille au bout. Et pourtant, 137 kilomètres plus loin, c’est ce qu’elle est parvenue à réaliser. En solitaire, la quadruple championne d’Autriche (course en ligne et contre-la-montre cumulé) a décroché une inattendue médaille d’or. De loin, sa plus belle ligne à son palmarès.

Toutes les principales favorites sont donc passées à côté du titre. A commencer par l’équipe néerlandaise, qui a laissé trop d’avance à l’échappée et en paie les conséquences. Pourtant, très forte, Annemiek van Vleuten doit se contenter de la médaille d’argent. A 38 ans, la championne du monde en 2019 a peut-être laissé passer sa dernière chance de remporter le titre olympique. De son côté, Elisa Longo Borghini a terminé avec la médaille de bronze comme lors de la précédente édition en 2016 à Rio.

Classement – Jeux Olympiques de Tokyo – Top 20

Retrouvez le classement complet de la course en ligne

1 – KIESENHOFER Anna – AUSTRIA – 3:52:45
2 – VAN VLEUTEN Annemiek – NETHERLANDS – +1:15
3 – LONGO BORGHINI Elisa – ITALY – +1:29
4 – KOPECKY Lotte – BELGIUM – +1:39
5 – VOS Marianne – NETHERLANDS – +1:46
6 – BRENNAUER Lisa – GERMANY – +1:46
7 – RIVERA Coryn – UNITED STATES OF AMERICA – +1:46
8 – CAVALLI Marta – ITALY – +1:46
9 – ZABELINSKAYA Olga – UZBEKISTAN – +1:46
10 – LUDWIG Cecilie Uttrup – DENMARK – +1:46
11 – DEIGNAN Elizabeth – GREAT BRITAIN – +1:46
12 – GARCIA CAÑELLAS Margarita Victo – SPAIN – +1:46
13 – MOOLMAN-PASIO Ashleigh – SOUTH AFRICA – +1:46
14 – NIEWIADOMA Katarzyna – POLAND – +1:46
15 – VAN DER BREGGEN Anna – NETHERLANDS – +1:46
16 – CANUEL Karol-Ann – CANADA – +2:20
17 – AMIALIUSIK Alena – BELARUS – +2:20
18 – LACH Marta – POLAND – +2:28
19 – BUJAK Eugenia – SLOVENIA – +2:28
20 – MAJERUS Christine – LUXEMBOURG – +2:28

0 Partages
Maxime BOUHIER
27 ans - rédacteur TodayCycling.

2 commentaires

  1. Elle s’est isolée à 40 kilomètres de l’arrivée, mais en s’échappant dès le départ ! La performance restera dans les annales ! Les quotas par nations n’étant pas très élevés, aucune équipe n’a voulu chasser à la place des néerlandaises, elles-mêmes plus ou moins engluées dans leurs propres rivalités… Comme les difficultés du parcours ne permettaient pas la lessive attendue, la course au titre récompense l’audace et le courage !

  2. Livrées à elles même alors qu’elles ont l’habitude d’être « téléguidées » depuis les voitures de leurs directeurs sportifs les Hollandaises se sont trouvées désemparées ne savant quelle tactique adopter . Du coup l’écart pris par les premières attaquantes est devenu quasi impossible à combler surtout en réagissant tardivement .
    L’absence des oreillettes laisse les coureurs orphelins et si l’on y ajoute l’absence de leurs besogneux équipiers les courses deviennent incontrôlables et favorisent les audacieux . Quand hier Gaudu dit avoir respecté les consignes ( pour finir septième !) ça illustre parfaitement ce que sont devenus les coureurs « modernes  » incapables d’analyser la situation de course et d’improviser . Un petit bémol , J Labous a tenté même si seule elle n’avait que peu de chances de rentrer sur les échappées , mais au moins elle n’aura pas de regrets .

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.