Egan Bernal proche de la victoire finale sur le Tour
Egan Bernal est pour la première fois de sa carrière porteur du maillot jaune.
269 Partages

Les superlatifs vont manquer pour décrire cette 19e étape du Tour de France. Arrêtée avant même l’arrivée à cause d’une route rendue impraticable, les temps ont été pris au sommet du Col de l’Iseran. Si personne n’a été déclaré vainqueur, Egan Bernal prend quand même le maillot jaune à Julian Alaphilippe (Deceuninck – Quick Step), qui reste provisoirement à la deuxième place. Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) a été contraint d’abandonner.

La 19e étape du Tour 2019 va marquer l’histoire de l’épreuve ! Et c’est peu dire tant les faits de course ont été nombreux mais surtout imprévisibles. A commencer par l’abandon de Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) jusqu’à l’arrêt complet de l’étape dû aux conditions météorologiques (grêle et coulées de boue). Conséquence suite à cette décision, la victoire d’étape n’a pas été attribué à un seul des coureurs. Reste qu’Egan Bernal a bien été le premier à franchir le col de l’Iseran, là où les temps ont été arrêtés pour établir le nouveau classement général. Du coup, grâce à sa prestation, le Colombien est désormais le nouveau porteur du maillot jaune mettant ainsi fin au règne de Julian Alaphilippe. Un changement qui intervient alors que deux étapes restent à parcourir.

Une étape dans la légende du Tour

Ce changement au sommet de la hiérarchie fait partie d’une longue liste d’événements déroulés sur cette journée hors du commun. Dès le départ, le rythme imposé a été soutenu. Puis au bout de plusieurs kilomètres, quelques coureurs se sont retrouvés à l’avant et pas des moindres. Vincenzo Nibali (Bahrain Merida) très offensif a pris le bon coup tout comme Simon Yates (Mitchelton-Scott) ou encore Alejandro Valverde (Movistar Team), Rigoberto Uran (EF Education First) et Warren Barguil (Team Arkéa-Samsic). La présence des trois derniers coureurs cités dans l’échappée va pousser le peloton à ne pas laisser un écart trop important sachant qu’ils étaient pas loin au général.

Cela va mettre d’ailleurs en difficulté un grand nombre de coureurs tant à l’avant que derrière. Epuisés par trois semaines de course quasiment, ils ont été une majorité à subir le rythme. En arrivant au pied du col de l’Iseran, le groupe de tête ainsi que le peloton n’étaient plus très fournies. C’est dire à quel niveau d’intensité s’était déjà disputé l’étape. Et ça a encore monté d’un cran avec le Team INEOS qui a imposé sa loi. Après que ses équipiers aient tous terminé leur travail, Geraint Thomas est passé à l’attaque tout comme Steven Kruijswijk (Team Jumbo-Visma). Des offensives qui ont permis de distancer Julian Alaphilippe alors maillot jaune. Et le coup de grâce fut porté quelques instants plus tard par Egan Bernal, qui est parti seul et a remonté tous les coureurs restants à l’avant. Que ce soit Damiano Caruso, Vincenzo Nibali, Rigiberto Uran, Warren Barguil, ils ne pourront rien faire. Simon Yates est celui qui va s’accrocher au rythme du Colombien mais cédera aussi un peu avant le sommet.

Passé en tête de l’Iseran, Bernal a alors entamé la descente. C’est alors qu’une scène totalement imprévue va mettre un terme à la course. Des images montrent quelques kilomètres plus loin que la route est devenue impraticable suite à de la grêle tombée en forte abondance sur une courte période. La direction de course n’a pas tardé à stopper définitivement les coureurs. La décision prise a été alors de prendre les temps au sommet de l’Iseran. Au terme de l’étape, Bernal mène les débats devant Alaphilippe et Thomas. Mais qui sait le tracé entre Albertville et Val Thorens pourrait encore réserver des surprises. Cette édition en a offert tellement.

269 Partages
Maxime BOUHIER
26 ans - rédacteur TodayCycling.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.