Warren Barguil. Photo : Giant-Alpecin
Warren Barguil. Photo : Giant-Alpecin
0 Partages

Warren Barguil a terminé neuvième au sommet du Mur de Huy ce mercredi, lors de la Flèche Wallonne. Pourtant, son destin a faillit se briser trois mois plus tôt lors du stage de son équipe Giant-Alpecin, dans le sud de l’Espagne. Une conductrice anglaise roulant à contre-sens a percuté de plein fouet le jeune français et cinq de ses coéquipiers. Revenu à la compétition il y’a à peine un mois lors du Tour de Catalogne, il impressionne déjà. 

Vingt-deuxième du Tour de Catalogne, sa première course de la saison, le Breton reprenait peu à peu la compétition. Malgré tout, il ne serait aucunement prêt pour ses premiers objectifs de la saison, les classiques ardennaises. d’autant plus qu’un virus l’a contraint à abandonner le Tour du Pays-Basque au cours de la cinquième étape. Il fut aligné contre le cours des choses sur l’Amstel Gold Race, qu’il terminera… quinzième. Excellente performance pour un coureur à deux doigts de voir sa carrière brutalement stoppée fin janvier. Mais le jeune grimpeur au tempérament de feu, en a vue d’autres et s’est toujours distingué par sa force de caractère. Tout le monde se souvient de ses deux victoires sur le Tour d’Espagne 2013, lorsqu’il a sauta le Colombien Rigoberto Uran sur la ligne pour s’adjuger son deuxième bouquet sur la « Vuelta », à seulement 21 ans !

Ce mercredi, Warren Barguil était le leader désigné sur la Flèche Wallonne. Présent jusqu’au bout dans le groupe principal, bien aidé par ses coéquipiers jusqu’au pied du Mur du Huy. Il n’avait plus qu’a, comme dirait le dicton. Et il l’a fait ! Neuvième donc au sommet du redoutable Mur de Huy, il fut satisfait de sa performance comme il l’a expliqué sur le site internet de sa formation, il n’oublie jamais de saluer ses coéquipiers : « Je suis satisfait de ma performance aujourd’hui et de celle de l’équipe qui a fait un excellent travail en me protégeant toute la journée. En bas du Mur de Huy, j’ai perdu ma position. J’ai commencé l’ascension trop loin. Je progresse chaque années sur les classiques et c’est qui me pousse à continuer à m’améliorer ». C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

0 Partages
Antoine BARTHELEMY
Passionné par la route. Inconditionnel du cyclo-cross. Pratique le cyclisme sur route de manière assidue depuis plusieurs années. Tente de ressembler à son idole Fabian Cancellera (la puissance en moins).

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.