Damiano Caruso brille sur le Giro
Damiano Caruso s'offre le succès le plus prestigieux de sa carrière. Photo : @giroditalia
0 Partages

La dernière étape en ligne de ce Giro 2021 aura tenu toutes ses promesses. Après avoir faussé compagnie au peloton dans la descente du Passo San Bernardino, Damiano Caruso (Bahrain – Victorious) s’est montré très costaud dans l’ascension finale pour s’imposer à l’Alpe Motta. L’Italien a su résister au retour d’Egan Bernal (INEOS Grenaiders), qui a fait un grand pas vers la victoire finale même si Caruso revient à moins de deux minutes au général du Giro avant l’ultime chrono disputé dans les rues de Milan. Auteur d’un très gros travail pour son leader, Daniel Felipe Martinez (INEOS Grenadiers) est allé prendre la troisième place juste devant Romain Bardet (Team DSM) auteur d’une jolie étape à l’avant.

Le jour de gloire pour Damiano Caruso

Son Giro 2021 était déjà une réussite. Mais là, c’est sans doute au-delà de ses espérances. Damiano Caruso a remporté la 20 étape du Giro 2021, qui était la dernière en ligne de cette édition. Peu habitué aux succès, et pour cause, l’Italien vient seulement de décrocher sa troisième victoire en carrière, de loin la plus belle et la plus prestigieuse. Pour s’imposer, il fallait être sacrément costaud comme l’a été le coureur de Bahrain – Victorious. Le parcours était particulièrement montagneux avec trois cols à franchir dont une arrivée jugée au sommet.

C’est dans la descente du Passo San Bernardino, première difficulté du jour, que la course s’est enflammée. Après une accélération du Team DSM, Romain Bardet a filé avec deux de ses équipiers, puis quelques plus tard, Caruso est sorti avec Pello Bilbao son équipier. Ces deux équipes avec ses leaders respectifs vont alors longtemps collaborer. Et tenir en respect le groupe du maillot rose Egan Bernal, qui a continué à perdre un certain nombre d’éléments. L’écart a très souvent oscillé entre une trentaine et une cinquantaine de secondes.

Egan Bernal proche du sacre au Giro 2021

Dans la dernière ascension, Caruso et Bardet ont été seuls en tête jusqu’au moment où l’Italien est parvenu à décrocher le Français. Derrière, le leader Egan Bernal a pu compter sur un gros travail de ses équipiers dont Jonathan Castroviejo et surtout Daniel Felipe Martinez, qui aura fait sauter Hugh Carthy (EF Education – Nippo), Aleksandr Vlasov (Astana – Premier Tech), Joao Almeida (Deceuninck – Quick Step) et même Simon Yates (Team BikeExchange) pourtant vainqueur la veille. Solide jusqu’au bout, Caruso s’est imposé avec plus de vingt secondes d’avance sur Bernal. Ces deux hommes sont aux deux premières places du général. Le Colombien possède exactement 1 minute 59 secondes d’avance sur l’Italien. Un avantage a priori suffisant pour remporter le Giro 2021, même si la méfiance reste de mise avec le chrono final de 30 kilomètres autour de Milan.

Le classement Etape 20 Giro 2021 – Top 20

1 – CARUSO Damiano – BAHRAIN – VICTORIOUS – 4:27:53
2 – BERNAL Egan – INEOS GRENADIERS – +24
3 – MARTINEZ Daniel Felipe – INEOS GRENADIERS – +35
4 – BARDET Romain – TEAM DSM – +35
5 – ALMEIDA Joao – DECEUNINCK – QUICK STEP – +41
6 – YATES Simon – TEAM BIKEEXCHANGE – +51
7 – VLASOV Aleksandr – ASTANA – PREMIER TECH – +1:13
8 – CARTHY Hugh – EF EDUCATION – NIPPO – +1:29
9 – FORTUNATO Lorenzo – EOLO-KOMETA – +2:07
10 – PEDRERO Antonio – MOVISTAR TEAM – +2:23
11 – HIRT Jan – INTERMARCHE – WANTY – GOBERT MATERIAUX – +2:23
12 – FOSS Tobias – TEAM JUMBO-VISMA – +2:37
13 – BOUWMAN Koen – TEAM JUMBO-VISMA – +2:37
14 – MARTIN Dan – ISRAEL START-UP NATION – +3:10
15 – BENNETT George – TEAM JUMBO-VISMA – +3:42
16 – PRONSKIY Vadim – ASTANA – PREMIER TECH – +3:42
17 – BILBAO Pello – BAHRAIN – VICTORIOUS – +4:08
18 – RUBIO Einer – MOVISTAR TEAM – +4:10
19 – TEJADA Harold – ASTANA – PREMIER TECH – +4:44
20 – GROSSSCHARTNER Felix – BORA – HANSGROHE – +5:29

Classement général après l’étape 20 du Giro 2021 – Top 20

1 – BERNAL Egan – INEOS GRENADIERS – 85:41:47
2 – CARUSO Damiano – BAHRAIN VICTORIOUS – +1:59
3 – YATES Simon – TEAM BIKEEXCHANGE – +3:23
4 – VLASOV Aleksandr – ASTANA – PREMIER TECH – +7:07
5 – BARDET Romain – TEAM DSM – +7:48
6 – MARTINEZ POVEDA Daniel Felipe – INEOS GRENADIERS – +7:56
7 – CARTHY Hugh- EF EDUCATION – NIPPO – +8:22
8 – ALMEIDA João – DECEUNINCK – QUICK-STEP – +8:50
9 – FOSS Tobias S. – JUMBO-VISMA – +12:39
10 – MARTIN Daniel – ISRAEL START-UP NATION – +16:48
11 – BENNETT George – JUMBO-VISMA – +24:55
12 – BOUWMAN Koen – JUMBO-VISMA – +31:04
13 – BILBAO LOPEZ DE ARMENTIA Peio – BAHRAIN VICTORIOUS – +36:11
14 – FORTUNATO Lorenzo – EOLO-KOMETA CYCLING TEAM – +44:09
15 – VALTER Attila – GROUPAMA – FDJ – +44:51
16 – FORMOLO Davide – UAE TEAM EMIRATES – +47:24
17 – ULISSI Diego – UAE TEAM EMIRATES – +57:02
18 – NIBALI Vincenzo – TREK-SEGAFREDO – +1:03:27
19 – VERVAEKE Louis – ALPECIN-FENIX – +1:03:29
20 – IZAGIRRE INSAUSTI Gorka – ASTANA – PREMIER TECH – +1:03:54

0 Partages
Maxime BOUHIER
27 ans - rédacteur TodayCycling.

1 commentaire

  1. Pas de bouleversement au classement général : malgré sa baisse de régime sur cette dernière semaine, le maillot rose Bernal dispose d’une équipe suffisamment forte pour le maintenir au sommet du classement…. Mais la baisse de forme du leader est quand même bien sensible : sur les cinq cents derniers mètres de l’ascension finale, les seuls qu’il a fait en tête de toute la journée, Bernal ne reprend rien à Caruso, seul à l’avant depuis le bas de la pente…
    Bernal « prend le vent » sur cinq cents mètresquand certains plus critiques encore pourraient arguer que R. Bardet n’en aurait fait que deux cents… Reconnaissons lui , de même qu’à son équipe, cette initiative sur le haut de San Bernardino qui déclencha de manière particulièrement hardie le duel entre Barhain et Inéos qui occupa toute la fin de course…
    Beaucoup pensaient à Yates , vainqueur la veille : en fait, il n’en fut rien, le britannique resta trés sagement au contact du leader avant de quelque peu fléchir sur la montée finale; pour être clair, Yates a couru plus ou moins dans le coup avec ces Inéos, même si Adam n’était pas là ! La veille, aucun des siens ne vint relayer les gars d’Almeida qui avaient isolé ces Inéos et sur cette journée, nous vîmes mêmes les Bike-Exchange relayer les Inéos en difficultés derrière Bardet et Caruso… Mais Yakes et les Bite Exchange ne pouvait sans doute faire mieux : le champion britannique est étranger aux échappées au long cours sur les grands tours et ici en bout de course, finissant victorieux la veille mais le palpitant à la chamade et crachant plus ou moins tripes et boyaux la ligne franchie.
    En fait, l’équipe Barhain est bien celle qui a posé le plus de difficultés à ces Inéos, malgré la malchance ou les abandons de Landa, Mohoric et Mader… Valeur sportive de D. Caruso, enfin leader par ce hasard de l’abandon de Landa : voici enfin reconnue le niveau réel d’un coureur de grande envergure, équipier de Nibali lors de la victoire de Carapaz sur le giro 2019, mais avec un Nibali ou presque dans chaque jambe… Pour poursuivre sur ces gars de la Barhain, l’étape révèle de nouveau les facultés de récupération et le niveau de P. Bilbao : Rappelons que le basque fut le seul à pouvoir cumuler deux tops 20 au général sur le Tour puis le Giro l’an passé, 16é du Tour puis 5é du Giro à 3min de Goeghegan Hart ! P. Bilbao fut sans doute le grand homme de cette dernière grande étape de montagne, ramenant Caruso sur l’avant ou tirant grand train Caruso et Bardet sur l’avant-dernière montée… Je retiens pour conclure cette image furtive et belle, Caruso remercient Bilbao par une tape sur l’épaule au moment où ce dernier se relève afin de lui laisser la route vers la victoire au sommet : ce geste de reconnaissance et de remerciement prend un caractère bien particulier venant de D. Caruso, si souvent équipier et aujourd’hui enfin sur le tout devant de la scène…

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.