Grand Prix Cycliste La Marseillaise 2019 les favoris et outsiders
Au GP La Marseillaise, la lutte pour la première place s'annonce serrée. Photo : Direct Energie

Le 3 février aura lieu le Grand Prix Cycliste La Marseillaise 2019, la toute première classique disputée en France dans la saison. Choisie comme course de rentrée par de nombreux coureurs, ça va être la quarantième édition. Le parcours consistera à effectuer  une boucle de 145,3 kilomètres autour de Marseille, où sera donné le départ puis jugée l’arrivée quelques heures plus tard. C’est un peloton composé de 119 unités qui va évoluer sur les routes du sud de la France. Et parmi eux, un arrivera à gagner comme l’a fait Alexandre Geniez en 2018, à moins que ça soit lui qui récidive.

A LIRE AUSSI : Présentation du Grand Prix Cycliste La Marseillaise 2019

Qui va remporter le Grand Prix Cycliste La Marseillaise 2019 ?

Des puncheurs, des sprinteurs ayant leur chance de l’emporter au final, cela va dépendre en grande partie du scénario et du rythme imposé. En utilisant parfaitement le terrain, une certaine sélection peut s’opérer dans le peloton. Si les temps de répit seront peu nombreux tout au long de la journée, c’est en fin de course surtout avec le Col de Cretes (4,3 km à 7,4%) qu’il saura possible vraiment d’en savoir plus. En sachant que c’est quand même l’une des spet ascensions répertoriées ou non, il y a de quoi faire. Reste à voir si le tenant du titre Alexandre Geniez arrivera à en profiter de nouveau. Mais il trouvera face à lui une concurrence relevée avec notamment Arhur Vichot (Vital Concept – B&B Hôtels), Lilian Calmejane (Direct Energie) et Valentin Madouas (Groupama-FDJ) qui seront sur un terrain à leur convenance.

Alexandre Geniez (AG2R La Mondiale) – 30 ans

Gagner d’une année à l’autre est toujours délicat, mais cet objectif est à sa portée. Avec un profil assez vallonné qui lui convient, le vainqueur d’étape sur la dernière Vuelta a les atouts pour triompher du côté de Marseille. Mais cela dépendra bien évidemment aussi de sa condition actuelle. Comme en 2018, démarrer l’année par une victoire serait un signal fort envoyé aux adversaires.

Lilian Calmejane (Direct Energie) – 26 ans

Il n’a pas encore gagné le GP La Marseillaise, mais c’est peut-être bien pour cette année. Avec ses qualités de puncheur indéniables, mais aussi sa réputation de coureur offensif, ce mélange pourrait s’avérer payant. Passé proche en tout cas ces deux dernières saisons, troisième à chaque fois en étant battu au sprint, le leader de Direct Energie a des solides références.

Arthur Vichot (Vital Concept – B&B Hôtels) – 30 ans

Gagner cette épreuve inaugurale française, ça lui connaît. C’était en 2017 et il va essayer d’y arriver de nouveau. En tout cas, l’ex champion de France a toutes les armes nécessaires pour atteindre ce but. Capable largement de passer l’ensemble des difficultés en tête de course, il dispose d’une pointe de vitesse très utile en cas d’arrivée d’un petit groupe pour la première place. Autant d’éléments qui sont en sa faveur.

Valentin Madouas (Groupama-FDJ) – 22 ans

C’est un parfait représentant de la nouvelle vague du cyclisme français. Dès sa première participation l’an dernier, il s’était signalé en terminant à la septième place. Avec forcément une année d’expérience supplémentaire, le dernier vainqueur de Paris-Bourges peut nourrir de grandes ambitions pour commencer l’année comme il avait fini la précédente.

Julien Simon (Cofidis) – 33 ans

Toujours à surveiller particulièrement sur les épreuves françaises, ses caractéristiques peuvent lui permettre de démarrer l’année en trombe. Capable de tenir en respect tous les autres quand la route va s’élever, s’il faudra jouer la victoire au sprint, sa bonne pointe de vitesse sera un avantage évident.

Odd Christian Eiking (Wanty – Gobert) – 24 ans

C’est très certainement le coureur étranger qui est en mesure d’inquiéter le plus les Français. Adepte des courses d’un jour, il a déjà brillé dans cette course l’an passé. Deuxième et battu de peu par Alexandre Geniez, le Norvégien n’était pas loin de réaliser le coup parfait. Cette année sera peut-être la bonne pour lui.

Jonathan Hivert (Direct Energie) – 33 ans

Généralement à l’aise dans les débuts de saison et tout de suite performant, le coureur de Direct Energie aura assurément un beau coup à jouer. Ses adversaires devraient mieux le distancer afin d’éviter une arrivée au sprint avec lui car si ça arrive, ce sera difficile de terminer plus fort.

Samuel Dumoulin (AG2R La Mondiale) – 38 ans

Sa seule et unique victoire date de 2012. Cela commence à remonter d’autant plus que la fin de carrière s’approche de plus en plus le concernant. Mais toujours redoutable dans ce genre d’épreuve, ses qualités de sprinteur sont un atout de poids. En parvenant à tenir le choc dans les différentes difficultés, une arrivée au sprint pour lui serait l’idéal.

Anthony Perez (Cofidis) – 27 ans

En pleine progression, cette première épreuve française de l’année peut lui permettre de le prouver plus largement encore. Il pourra mettre à profit ses qualités évidentes sur des parcours vallonnées et faire jouer éventuellement sa pointe de vitesse en cas de sprint. Une belle occasion se présente à lui pour débloquer le compteur en France.

Cyril Gautier (Vital Concept – B&B Hôtels) – 31 ans

Souvent placé, mais rarement vainqueur. La roue tournera peut-être en sa faveur sur ce tracé. Avec son tempérament attaquant, tous les espoirs sont permis. Il lui faudra certainement un brin de réussite pour obtenir la récompense suprême, mais c’est un client à observer. Lui laisser trop de champ serait une erreur fatale.

Maxime BOUHIER
26 ans - rédacteur TodayCycling.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.