Tour de France 2020 profil étape 9
0 Partages

A l’occasion de la neuvième étape du Tour de France, les coureurs restent dans les Pyrénées. Ce dimanche 6 septembre, 153 kilomètres seront à effectuer de Pau jusqu’à Laruns. (Consultez la liste des engagés et les abandons).

Les grimpeurs à nouveau à l’honneur pour le deuxième acte des Pyrénées

Pour la deuxième journée consécutive dans ce Tour de France, c’est de la haute montagne qui est au programme. Une nouvelle fois, plusieurs cols seront à franchir, toutefois il n’y aura pas d’arrivée au sommet. Au départ de Pau, il ne faudra pas beaucoup de temps pour arriver sur la première difficulté modeste certes, mais qui pourrait permettre à une échappée de se développer si ce n’est pas déjà fait. Il s’agira de la côte d’Artiguelouve (2,3 km à 4,5%). Ensuite, ce sera globalement plat pendant plusieurs dizaines de kilomètres.

Retour sur l’étape de la veille : Nans Peters (AG2R La Mondiale) conclut une échappée en solitaire

A partir du km 58, ça va se durcir clairement en entamant le Col de la Hourcère (11,1 km à 8,8%). Sa distance cumulée au pourcentage moyen auront pour effet d’user les coureurs assurément. Après, l’ampleur des dégâts sera à la mesure du rythme emprunté. Dans l’enchaînement, le Col du Soudet (3,8 km à 8,5%) sera aussi à emprunter. Du km 78 à 111, il n’y aura pas de difficulté sur le profil, mais à noter le passage du sprint intermédiaire au km 99.

Une fois cette phase passée, ce sera le temps d’aborder le Col d’Ichère (4,2 km à 7%). Son sommet situé à 37,5 kilomètres pourrait avoir une incidence sur le déroulement de la fin de course. Mais arrivera ensuite le plus gros morceau de la journée, le Col de Marie Blanque (7,7 km à 8,6%) qui comporte surtout quatre derniers kilomètres d’ascension redoutables. Ils sont respectivement à 10,5%, 12,2%, 13,6% et 9,9% de moyenne. C’est dire à quel point cette phase de course va être déterminante. De quoi se dévoiler parmi les mieux classés au général.

Petite particularité au passage du sommet, ça ne redescendra pas de manière franche immédiatement. Ca se fera en deux temps, et jusqu’au km 145 à Bielle, soit à huit kilomètres du terme. La dernière portion menant à la ligne d’arrivée sera plate ou en léger faux-plat montant. Cette journée dans les Pyrénées pourrait tout à fait sourire à un coureur échappé, mais aussi permettre de dégager une hiérarchie encore plus claire parmi les coureurs concernés par le général.

Suivre la 9e étape en direct

La 9e étape du Tour de France est à suivre en direct à la télévision. A partir de 12h, France 2 prendra l’antenne pour présenter la course. La bascule sur France 3 se fera vers 12h55, avant de revenir sur France 2 pour la suite et fin d’étape aux alentours de 15h10. De son côté, Eurosport 1 commencera à diffuser à partir de 12h10. Toutes les infos en rapport avec cette 107e édition sont à retrouver sur TodayCycling.

Les favoris de la 9e étape – Tour de France

*** Primoz Roglic, Tadej Pogacar, Julian Alaphilippe
** Guillaume Martin, Egan Bernal, Nairo Quintana
* Romain Bardet, Pello Bilbao, Warren Barguil, Alexey Lutsenko, Rudy Molard

Tour de France 2020 profil étape 9
0 Partages
Maxime BOUHIER
27 ans - rédacteur TodayCycling.

2 commentaires

  1. Le tarcé de cette seconde étape pyrénéenne est assez inédit, avec cette arrivée à Laruns, au bas du col de Marie-Blanque. La ville-arrivée doit rappeler de bons souvenirs à P.Roglic, vainqueur sur le tour à Laruns en 2018, mais la course venait alors par le côté Aubisque, Roglic l’emportant tel un skieur, dans une démonstration assez exceptionnelle… Le tracé peut également rappeller une autre étape, Urdax- Sommet de L’Aubisque, lors de ce qui deviendra sans doute une légendaire édition de la vuelta : c’était en 2016, avec la victoire finale de Quintana, lequel piégea définitivement Froome dès le départ le lendemain, sur une inititiative de Contador, « El pistolero »… Robert Gesink l’avait emporté au sommet de l’Aubisque, attaque de Yates dans Marie-Blanque, etc… L’histoire se répète un peu…
    Roglic voudra-t-il conserver son Yates en jaune, afin de rester en arrière -salle pour passer au mieux les plats charentais du début de semaine prochaine, huitres de Marenne, Moules de Charron, etc… ?… Auquel cas J. Alaphilippe pourrait enrager encore plus aprés ce ravitaillement-bidon qui l’aurait privé d’une nouvelle longue et belle aventure…
    Qu’en sera-t-il de cette étape, l’indécision résidant autour de cette partie entre le pas d’Arète et Marie-Planqu ? le reste, c’est Ichère ? Demandez-donc à Madiot, spécialiste médical en retapages divers, si rieur à Lavaur, et qui maudit le sourt le lendemain… « ça s’ajoute, ça s’ajoute, et un jour l’addiction se paie » nous disait Mar, et il avait raison.
    A noter que la descente de Marie-Blanque par Bielle ne permet pas de se refaire les jambes, le replat se fait à grande vitesse, le bas aprés Bielle étant le plus tortueux… Il suffit de grimper Marie-Blanque par ce côté-ci pour voir que si l’on peut certes prendre un peu de temps pour saluer les vaches dans le replat, mais dans l’autre sens ça file et fonce à tombeau ouvert vers Laruns…

  2. Magnifique parcours pour une vraie étape pyrénéenne !
    De Lanne-en-Barétous jusqu’à Bielle, les coureurs seront livrés à eux-mêmes sur de petites routes étroites et sinueuses qui limitent les effets de la course d’équipe.
    La sélection devrait se faire par l’arrière.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.