Roglic, Vingegaard, Van Aert et leurs coéquipiers sur le Tour de France 2022

5
1415
La composition Jumbo-Visma sur le Tour de France 2022
10 jours avant le départ du Tour de France 2022, la formation Jumbo-Visma a dévoilé la composition de son équipe pour aller chercher le maillot jaune, le maillot vert, et des victoires d'étapes. Photo : @JumboVisma

A 10 jours du départ du Tour de France 2022 (1 au 24 juillet), la formation Jumbo-Visma est la première équipe de cette 109e édition à dévoiler la composition de ses huit coureurs. Et les choses sont claires, ce sera tout pour Primoz Roglic, Wout van Aert et Jonas Vingegaard. Les 5 autres coureurs sélectionnés pour cette Grande Boucle seront au service de ces trois coureurs.

Le leader des Jumbo-Visma, c’est Roglic ou Vingegaard ?

La question mérite d’être posée, et vous êtes nombreux à l’avoir en tête. A regarder le dernier Critérium du Dauphiné remporté par le Slovène, le Danois (2e) a semblé être plus à son aise que son leader. Et il se pourrait bien que tout se règle à la pédale entre les deux hommes. Et au départ de ce Tour de France 2022, il parait plus que probable que Roglic et Vingegaard répondront à cette interrogation en montagne. Concernant Wout van Aert, l’objectif est simple pour le Belge. Il est présent au départ de Copenhague pour chasser les étapes et ramener à Paris le maillot vert du classement par points.

Merijn Zeeman, le directeur sportif sur le Tour a déclaré : « Nous avons plusieurs ambitions, nous avons donc choisi des coureurs qui sont les meilleurs sur différents terrains. Nous devons guider nos leaders en toute sécurité pendant la première semaine mouvementée, mais aussi être capables de rendre la tâche difficile aux autres favoris du Tour en montagne… Wout mérite également un soutien suffisant dans sa chasse aux victoires d’étapes et au maillot vert. Cette équipe est en forme et, à notre avis, capable de remplir au mieux nos ambitions » .

La liste complète des coureurs engagés et les abandons du Tour de France 2022

Jumbo-Visma – Tour de France 2022 (1 au 24 juillet)

Primoz Roglic (32 ans, Slovénie) Taille : 1m77 – Poids : 65kg – Grimpeur, rouleur
Wout van Aert (27 ans, Belgique) Taille : 1m90 – Poids : 78kg – coureur complet
Jonas Vingegaard (25 ans – Danemark) Taille : 1m75 – Poids : 60 kg – Grimpeur, rouleur
Sepp Kuss (27 ans – Etats-Unis) Taille : 1m80 – Poids : 61 kg – Grimpeur
Tiesj Benoot (28 ans – Belgique) Taille : 1m90 – Poids : 72 kg – Grimpeur
Christophe Laporte (29 ans – France) Taille : 1m91 – Poids : 76kg – Grimpeur
Steven Kruijswijk (35 ans – Pays-Bas) Taille : 1m78 – Poids : 63kg – Grimpeur
Nathan Van Hooydonck (26 ans – Belgique) Taille : 1m93 – Poids : 78kg – Rouleur

5 Commentaires

  1. Huit coureurs pour ambitionner le maillot jaune et le maillot vert, le pari est assez osé ; cela a réussi dans le Dauphiné, et l’an passé Vingegaard a pu faire second et Van Aert remporter le maillot vert… Il est assez rare de voir une équipe s’aligner avec ces deux ambitions en tête, rare également de voir une équipe désirer et réussir ce double objectif… Quelle équipe depuis le temps des équipes nationales, comme l’équipe de France d’Anquetil et Popof Graczyk en 1961, avec des équipes de 12 ou 14 coureurs ?… En 62, première année avec des équipes de marque, Anquetil remporte le Tour; Darrigade est dans la même équipe mais ne remporte pas le vert qui revient à Rudy Altig… Il faudrait chercher, en dehors bien sûr des deux champions cannibales, Merckx ou Hinault, qui pouvaient remporter les deux maillots… Avec notamment ce tour 1969 bien spécial, celui du retour définitif aux équipes de marques, le premier tour de France d’E. Merckx, lors duquel le champion belge remporta tout ou presque, le jaune, le vert, les grimpeurs, la combativité, et plusieurs étapes gagnantes, dont une que l’histoire du Tour retient souvent, celle de Mourenx à l’issue d’une échappée phénoménale…

  2. Merci à TOUTALO pour votre message. Je salue votre parfaite connaissance de L’HISTOIRE du cyclisme, en référence, par exemple au Tour de France 1961. Vous précisez que Rudi Altig avait réussi à obtenir le Maillot Vert. Naturellement c’est exact. Je souris quand je pense à ce brillant Champion car lors de ses contrats, il imposait la présence de son frère Willy dont il savait qu’il n’était pas du tout du même niveau que lui. Mais, voilà Willy était vraiment passionné par le cyclisme pro même s’il n’a jamais obtenu le moindre succès sur route. Rudi qui aimait son frère l’imposant donc dans les négociations de son contrat comme plus tard le fit Miguel Indurain avec son frère Prudencio dans la Banesto. (plus tard, Willy, à sa reconversion, ouvrit un magasin de cycles. à Hambourg ) Lors d’un Tour de France, 3 ans avant sa triste disparition, je l’avais reconnu, incidemment, dans la rue et lui, fort étonné, s’en était montré ému. Il était comme il l’avait toujours été, (après course) un être d’une infinie gentillesse. Gagner un Trophée Barraqui avec Maître Jacques (Anquetil) ou être Champion du Monde sur en Allemagne, ce n’est pas donné à tout le monde. Cela situait son niveau. Merci donc à vous pour votre excellente connaissance du cyclisme dont tout le monde profite et d’en ouvrir ainsi les pages de son Histoire. Encore tous mes compliments ! Bravo !

  3. Merci Merlin pour votre message; vous relatez de belles anecdotes qui éclairent la personnalité ou le caractère de deux coureurs d’exception, M. Indurain et R. Altig, ce dernier faisant figure de pionnier pour l’Allemagne en matière de grands champions, même s’il y avait bien sûr d’autres champions allemands à l’époque, je pense notamment à Hans Junkermann ou Rolf Wolfshohl,… Mais par son énorme palmarès ou par simplement son seul physique, Rudi Altig peut être classé – à mes yeux- comme le grand champion de l’ histoire de l’Allemagne cycliste, et il est heureux que vous le rappeliez…
    S’agissant de la question maillot jaune-maillot vert au sein de la même équipe, mon message précédent en oublie un, J. Esclassan et B. Thévenet chez Peugeot Esso Michelin 1977 !… J’avais oublié Jacques Esclassan ! Fameux sprinteur en amateur, mais très compétitif et encore meilleur chez les pros, ce qui n’est pas forcément le lot commun !… Car en tant qu’amateur, dans le grand sud-ouest, avant de passer professionnel, J. Esclassan rencontrait une sacrée concurrence… Je pense entre autres à Michel Fedrigo, jamais passé professionnel, contrairement à son fils…

  4. Oui, Rolf wolsholf, le vainqueur d’une Vuelta un peu compliquée, puisqu’il courrait aux côtés de son Patron, un certain Raymond Poulidor, sous les couleurs de Mercier BP et qui a du quitter cette équipe, en fin d’année, car Poupou lui aurait reproche de lui avoir « volé » cette même Épreuve… Bonjour l’ambiance ! J’avais rencontré ce Champion bien après sa participation à un Bordeaux-Paris, où il s’était carrément évanoui à l’arrivée de la course, à même le sol les bras en croix. On avait crû qu’il venait de mourir. Un peu plus tard, il m’avait confié sa phobie alors de voyager en avion et du coup, il se privait de participation à des courses ! (au grand dam de son Directeur sportif). Merci de citer de votre part le nom aussi du petit(par la taille) du prodigieux Hans Junkerman. (le sosie du futur Arnold Kunde, grimpeur de poche !)

  5. Et j’oubliais les qualités de polyvalente de Rolf Wolsholf dans le domaine du cyclo-cross dont il a été champion du monde à plusieurs reprises ! Un athlete complet…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.