BMC Racing Team ne présente pas le meilleur des bilans
Richie Porte a de nouveau été malchancheux sur le Tour - Photo : Chris Auld Photography / BMC Racing Team

Les résultats obtenues n’ont pas été à la hauteur de la qualité de l’effectif. Logiquement ambitieux avec les coureurs de qualité que composent son équipe, BMC Racing Team n’a pas vécu la meilleure année qui soit. Entre certaines désillusions et contre-performances, certains lignes au palmarès permettent tout de même d’afficher un bilan quand même correct.

Richie Porte, l’éternelle déception de BMC Racing Team dans les Grands Tours

Les années se suivent et se ressemblent. Toujours attendu pour jouer la victoire finale dans les Grands Tours, Richie Porte n’y arrive décidément pas. Une nouvelle fois, 2018 n’a pas dérogé à la règle, malheureusement pour lui. L’Australien a de nouveau perdu toutes ses illusions sur un fait de course qui l’a contraint à l’abandon sur le Tour de France. Décidément quand ça ne veut pas réussir. Pourtant, il arrivait sur la Grande Boucle avec confiance après avoir réalisé un superbe résultat du côté du Tour de Suisse. Vainqueur de cette course par étapes, cela reste avec sa deuxième place au Tour Down Under, son seul bon moment cette saison. Il retentera à nouveau sa chance en 2019. Avec plus de réussite ?

Greg Van Avermaet un peu en retrait

Clairement, Greg Van Avermaet n’a pas été aussi fringant qu’en 2017. A la différence de l’année précédente, les victoires à son compteur ont été moins nombreuses et puis dans les grandes courses, le Belge n’a pas affiché le même niveau de forme. Cependant, il est resté souvent placé mais toujours derrière. Dans les Flandriennes, jamais il n’a vraiment été en mesure de l’emporter. Que ce soit sur le Tour des Flandres, à Paris-Roubaix ou même dans les autres courses préparatoires, un ou plusieurs coureurs lui paraissaient supérieur. Avec une troisième place  au GP E3 Harelbeke, une quatrième place dans l’Enfer du Nord, une cinquième au Ronde, le bilan est loin d’être déshonorant mais cela reste des accessits. Forcément frustrant pour celui qui fait de ces compétitions un objectif majeur dans la saison. Et lors des mois suivants, ces mêmes performances se sont reproduites sur les classiques. Quatrième de la Clasica San Sebastian, troisième du GP de Montréal et deuxième du GP de Québec, Van Avermaet est resté régulier mais toujours avec ce même goût d’inachevé.

Rohan Dennis, le roi du chrono

Par rapport à Richie Porte et Greg Van Avermaet, Rohan Dennis a connu une saison à la hauteur de ses espérances. Fidèle à sa réputation de rouleur, il s’est montré impérial sur le contre-la-montre. Comptant sept succès, ils ont été tous acquis sans exception dans cette exercice solitaire, ce qui prouve bien son aisance dans cette discipline si particulière. Vianqueur d’un chrono au Giro et de deux sur la Vuelta, son année sur les Grands Tours fut bien remplie. Mais le graal a été sans aucun doute atteint au courant du mois de septembre à Innsbruck où il a réussi à conquérir le titre mondial. La récompense ultime le concernant.

Des motifs de satisfaction

Derrière les têtes d’affiche de l’effectif de BMC Racing Team, des coureurs ont fait bonne figure cette saison. A commencer par Alessandro De Marchi, qui aura réussi à s’imposer une fois sur la dernière Vuelta et à enchaîner derrière en remportant le Tour d’Emilie. Deux beaux exploits pour cet Italien réputé pour son tempérament offensif et loin d’être avare de ses efforts. Dans un autre style, Stefan Küng a aussi contribué à améliorer le compteur de victoires de sa formation. Comme un certain Rohan Dennis, il s’est toujours imposé sur le chrono et notamment dans son tour national, le Tour de Suisse.

C’est assurément une valeur sûre comme peut l’être Damiano Caruso. L’Italien aura été au rendez-vous sur les courses par étapes d’une semaine. Deuxième de Tirreno-Adriatico et cinquième du Critérium du Dauphiné, ce coureur complet s’est avéré comme un élément précieux. C’est ce compte d’ailleurs devenir sur le long terme Dylan Teuns, qui aura peut-être été moins impressionnant qu’en 2017 mais a fini sur une très belle note avec son podium acquis du côté du Tour de Lombardie (3e). Autant de signes positions qui laissent penser que BMC Racing Team demeure une référence dans le peloton international.   

Maxime BOUHIER
26 ans - rédacteur TodayCycling.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.