Chou blanc pour Direct Energie

0
369
TODAYCYCLING - Le Team Direct Energie mise tout pour Bryan Coquard pour les sprints. Photo : Direct Energie
TODAYCYCLING - Le Team Direct Energie mise tout pour Bryan Coquard pour les sprints. Photo : Direct Energie

Présent dans la bonne échappée avec Sylvain Chavanel, et dans le peloton avec son sprinteur Bryan Coquard, le Team Direct Energie pensait avoir mis en place la bonne stratégie pour décrocher son premier succès sur la dixième étape du Tour de France. Raté. Chavanel distancé, ses coéquipier incapables de boucher un écart trop important à 30 kilomètres de l’arrivée (5′), la formation française est restée sur sa faim hier à Revel. Aujourd’hui, tous les espoirs reposent sur Bryan Coquard, alors qu’il ne reste plus que trois arrivées au sprint sur cette édition 2016. 

Le Port d’Envalira trop dur pour Bryan Coquard

Au lendemain de la journée de repos, le Port d’Envalira long de 24 kilomètres était une difficulté de taille (2408m) pour les coureurs, mettant à mal les sprinteurs. Parmi eux, le français Bryan Coquard. Alors que Sagan et Matthews arrivaient à sortir du peloton pour former la bonne échappée, « Le Coq » était lâché et pointé à près de deux minutes du peloton au sommet. Le français s’est pourtant accroché : « J’avais Antoine Duchesne avec moi, on est revenus dans la descente. Ensuite on attendait que des équipes pas représentées dans l’échappée prennent les choses en main ». Dimension Data, Orica BikeExchange ou encore Tinkoff représentés à l’avant, la Direct Energie s’est vite retrouvée seule à la chasse des fuyards. « Seule IAM est venue rouler. Ce n’était pas à nous de rouler derrière. La dernière bosse à 8 km de l’arrivée faisait peur à tout le monde, je pense. Les grosses équipes pensaient probablement que leur sprinteur ne passerait pas », a raconté Coquard à L’équipe.

Chavanel placé à l’avant

Le Team Direct Energie avait tout de même place un homme à l’avant, et non des moindres, puisque Sylvain Chavanel faisait parti des 15 hommes de tête. « Je voulais profiter de ce scénario (le fait d’avoir Coquard derrière) pour ne pas trop rouler devant mais j’ai mis pas mal le bazar. Je ne roulais pas, ça énervait mes adversaires. Je n’étais pas forcément bien vu dans l’échappée. Mais bon, d’habitude c’est moi qui tire les bouts droits donc faut que je profite de temps en temps. »

Chavanel distancé, Direct Energie perd espoir

Alors que Direct Energie est toujours en chasse à plus de 20 kilomètres de l’arrivée et que l’écart tourne toujours autour de quatre minutes, Peter Sagan fait exploser le groupe de tête et Sylvain Chavanel ne peut suivre. La formation française voit alors s’envoler ses espoirs de victoire d’étape sur le Tour de France. « Je n’ai pas trop de regret parce que je n’aurai pas fait beaucoup mieux. C’était très compliqué avec tous ces grands champions et notamment de grands sprinteurs avec une belle pointe de vitesse (Sagan, Matthews, Van Avermaet, Boasson Hagen). Même si j’arrivais pour la victoire, je n’aurais pas gagné l’étape, je pense, » a reconnu Sylvain Chavanel.

Bryan Coquard ne désespère pas

Après être revenu sur la dixième étape, le sprinteur français se focalisait déjà sur la onzième, où l’arrivée à Montpellier est promise aux grosses cuisses : « J’aurais aimé aller dans l’échappée mais je n’ai tout simplement pas pu le faire car c’était vraiment trop dur dans le premier col. Sagan et Matthews ont été vraiment solides pour prendre l’échappée. Respect. » Le français croit en ses chances aujourd’hui : « Ce sera l’une des dernières arrivées au sprint. Les équipes de sprinteurs vont collaborer pour une arrivée massive. On ne veut pas rentrer de ce Tour de France bredouille. »

VIDEO CYCLISME
Michael Matthews se paie Peter Sagan

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.