Giro 2018 victoire de Mohoric
Matej Mohoric s'impose pour la 1e fois au Giro. Photo : @giroditalia
Giro 2018 : Victoire de Matej Mohoric en baroudeur
4.5 (90%) 4 votes

Après la journée de repos, la dixième étape du Giro 2018 a été pleine de rebondissements. Les attaquants ont eu raison du peloton. Matej Mohoric (Bahrain Merida) a battu au sprint Nico Denz (AG2R La Mondiale), qui l’accompagnait pour disputer la victoire. Derrière, Sam Bennett (Bora Hansgrohe) a réglé la première partie du peloton. Mais le principal perdant du jour s’appelle Esteban Chaves (Mitchelton-Scott) distancé en début d’étape et définitivement écarté de la lutte du classement général, dominé toujours par son coéquipier Simon Yates.

Matej Mohoric décroche un succès d’étape, Chaves perd le Giro 2018

Quelle journée ! Cette dixième étape du Giro 2018 restera comme un moment important de cette édition. En effet, elle aura été fatale à Esteban Chaves, un favori pour remporter le classement général final. Encore deuxième ce matin, le coureur de Mitchelton-Scott est désormais relégué beaucoup plus loin après avoir perdu plus de 25 minutes aujourd’hui du vainqueur Matej Mohoric. Le Slovène sourit, le Colombien déchante.

Dans cette journée marathon de 244 kilomètres, une grande partie du scénario s’est déroulé dans la première partie de course. Assez rapidement et à la surprise générale, Esteban Chaves a été signalé distancé, repoussé dans un second groupe. L’écart a ensuite constamment grimpé jusqu’à environ trois minutes. A partir de là, une bataille s’est instaurée entre les deux échelons. Devant, les équipes Groupama-Fdj, Sunweb, Sky, Bahrain-Merida ont allié leurs efforts, tandis que Mitchelton-Scott et Quick-Step Floors pour Elia Viviani ont roulé derrière. Ces derniers sont revenus à moins d’une minute, mais ne sont jamais parvenus à rentrer. Ensuite, ils ont peu à peu décroché jusqu’à se relever complètement. Et les ambitions de Chaves se sont éparpillées en même temps, désormais équipier de Simon Yates.

Le leader du classement général a passé une bonne journée et a même repris trois secondes de bonifications dans l’un des sprints intermédiaires du parcours devançant au passage Thibaut Pinot, qui est maintenant 3e du général suite aux mésaventures de Chaves. Après cette explication entre deux des favoris, Marco Frapporti (Androni) a tenté seul sa chance et effectué plusieurs dizaines de kilomètres à l’avant. Mais s’est fait rattraper par plusieurs attaquants sortis du peloton, dont Matej Mohoric et Nico Denz. Plus forts que Davide Vilella distancé dans le final ou par rapport à Sergio Henao et Alessandro de Marchi, qui n’ont jamais réussi à rentrer, ils se sont expliqués pour le gain de l’étape. Mohoric un peu plus frais que son adversaire, a dominé le sprint. Pour le Slovène, il s’agit d’un deuxième succès en Grand Tour après la Vuelta 2017, et le tout à seulement 23 ans. Très prometteur pour la suite.

Maxime BOUHIER
25 ans - Diplômé école de journalisme de Nice option sport - rédacteur TodayCycling. Passionné par l'information en général, dont le sport. Aime le cyclisme, foot, tennis, sports mécas, sports d'hiver,... Mes passions : cyclisme et course à pied (4 marathons).

1 commentaire

  1. C’est la victoire d’un beau champion, par la pureté de son style, par ses qualités athlétiques, et bien sûr par la perfection de son allure de descendeur hors-pair, avec sa position si spéciale, souvent imitée car efficace, mais jamais égalée… Et puis sa fin de course fut un peu plus qu’un baroud, compte tenu de la longueur et du rythme de l’étape, mais aussi par sa façon de reléguer ses différents opposants, le dernier N. Dentz au terme d’un sprint lancé en tête et sans bavure… Derrière, Battaglin et Bennett s’affirment sans doute plus solides en montées que Viviani… Le sprinter de Quickstep a bien fait de prendre un peu d’avance au maillot cyclamen…
    La Mitchelton perd un leader pour le général… Cette équipe ne s’est jamais montrée des plus habiles manœuvrières dans les grands tours, et ce giro tendrait à le montrer encore, malgré l’énorme potentiel de grimpeurs dont elle dispose…. A vouloir toujours plus ou moins rouler pour tout, derrière des échappées sans danger pour le général, pour garder le maillot, pour gagner des étapes, etc…, elle adopte une méthode bien coûteuse en énergie pour s’imposer au final, même si son désormais seul leader semble parfois pédaler sur un nuage…

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.