Giro 2023 – Les favoris : Evenepoel, Roglic, Pinot …

0
950
Giro 2023 les favoris Evenepoel Roglic Pinor
Remco Evenepoel, un des deux grands favoris de ce Giro 2023. Photo : @RCS-GirodItalia

Au départ de ce Giro 2023 il sont quelques favoris à la victoire finale en l’absence notamment du vainqueur sortant Jai Hindley. Et parmi les noms cités capables de lui succéder au palmarès figurent principalement et logiquement ceux du champion du monde sur route Remco Evenepoel (Soudal – Quick Step) et Primoz Roglic (Jumbo-Visma). Côté français, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) devrait être notre meilleure chance tricolore avec Pavel Sivakov. Au total, ils sont une petite dizaine de coureurs à pouvoir lever les bras dans trois semaines du côté de Rome.

La liste des coureurs engagés : cliquer ici
Le parcours détaillé : cliquer ici
Les abandons de la course : cliquer ici
Les réactions des coureurs à l’arrivée de chaque étape : cliquer ici
Vidéo résumé de chacune des étapes : cliquer ici
TV, les horaires de diffusion : cliquer ici

Les dernières actualités du Giro 2023 : cliquer ici
Consulter les archives du Tour d’Italie : cliquer ici

Les principaux favoris

*** Remco Evenepoel, Primoz Roglic
** Thibaut Pinot, Joao Almeida, Tao Geoghehan Hart, Alksandr Vlasov
Stefan Küng, Geraint Thomas, Thymen Arensman, Pavel Sivakov, Ben Healy, Santiao Buitrago, Hugh Carthy, Jay Vine, Jack Haig, Brandon McNulty, Damiano Caruso, Gino Mäder, Domenico Pozzovivo, Lorenzo Rota

Remco Evenepoel (23 ans – Soudal – Quick Step) a marqué les esprits de tous ses adversaires cette année fort de sa victoire sur Liège-Bastogne-Liège. Le Belge a envoyé un message fort à tous ceux qui voudront l’empêcher d’aller cueillir un nouveau succès sur un Grand Tour après sa première victoire obtenue l’an passé sur la Vuelta. Lui comme Roglic seront avantagés compte tenu de leurs aptitudes respectives à rouler vite et à grimper tout aussi bien. Comme sur le dernier Tour de France où Pogacar a été vaincu par une équipe, il faudra que le champion du monde sur route soit épaulé pour ne pas être battu par un collectif plus fort que le sien. C’est bien là que la course pourrait se perdre pour le champion du monde sur route. Depuis le début de la saison Remco s’est imposé à quatre reprises. En 2021, lors de sa toute première participation au Giro Evenepoel avait abandonné au départ de la 18e étape, victime d’une chute la veille.

Primoz Roglic (33 ans – Jumbo-Visma) a déjà remporté trois Tour d’Espagne (2019, 2020 et 2021). Autant dire que le Slovène connait la marche à suivre pour remporter un nouveau Grand Tour. Qui plus est, et bien que Roglic n’ait que 14 jours de course au départ de ce 106e Giro d’Italia, il a remporté les deux courses par étapes auxquelles il a participé à savoir Tirrreno-Adriatico et le Tour de Catalogne, deux épreuves World Tour. Le leader de l’équipe Néerlandaise en est sorti avec tous les honneurs puisqu’il a remporté au total cinq succès d’étapes, deux maillots du classement par points et un maillot de meilleur grimpeur. En 2019 Roglic a participé au Tour d’Italie qu’il a terminé à la 3e place. Sa précédente et première participation date de 2016 où il terminait 58e au classement général final, mais il remportait un des trois chronos.

Thibaut Pinot (32 ans – Groupama-FDJ) est sans doute la meilleure chance de résultat tricolore (avec Pavel Sivakov) d’ici trois semaines avec pourquoi pas un podium à l’arrivée à Rome. Pour sa dernière saison cycliste le coureur Français arrive en Italie avec l’intention de bien faire à l’image de sa quatrième place obtenue en 2017, année du sacre de Tom Dumoulin. Pinot remportait d’ailleurs cette même année l’étape d’Asiago, la veille de l’arrivée finale. Au regard des résultats obtenus par le coureur de la Groupama-FDJ depuis le début de saison, force est de reconnaître qu’il n’est pas venu en Italie pour enfiler des perles. Que ce soit en Coupe de France ou sur des épreuves World Tour Pinot a toujours joué les premiers rôles. Il ne lui manque plus qu’une victoire d’étape pour le récompenser de sa bonne forme physique.

Joao Almeida (24 ans – UAE Team Emirates) a soif d’inscrire son premier Grand Tour à son palmarès, à commencer par le Tour d’Italie. Et le Portugais arrive sur cette 10e édition le couteau entre les dents et une revanche à prendre puisque l’an passé il avait abandonné au départ de la 18e étape, positif au Covid-19 et alors qu’il était 4e du classement général. L’année précédente, il avait déjà mis la barre haut puisqu’il terminait 6e. Et force est de reconnaître que Almeida est sans doute capable de monter sur le podium au regard de ses résultats cette année. En témoignent ses classements de 2e et 3e obtenus sur Tirreno-Adriatico et le Tour de Catalogne. Cette année, le leader de l’équipe Emiratie joue le podium.

Tao Geoghegan Hart (28 ans – INEOS Grenadiers) est un des prétendants au podium, lui qui a remporté cette épreuve en 2020. Et le Britannique arrive en Italie dans une très grande forme physique. Chacune des courses par étapes auxquelles il a participé cette saison a été ponctuée d’excellents résultats voire de victoire comme sur le récent Tour des Alpes qu’il a remporté. Son « moins bon » résultat reste une 6e place sur le Tour d’Andalousie. Et Geoghegan Hart aura dans sa manche un atout majeur en la personne de Geraint Thomas.

Aleksandr Vlasov (27 ans – Bora – hansgrohe) est le leader de l’équipe Allemande sur ce Giro d’Italie. Le grimpeur Russe, 5e du Tour de France 2022 et 4e du Tour d’Italie 2021 progresse d’une année sur l’autre et fait partie des candidats au podium final. Depuis le début de cette saison cycliste 2023 Vlasov est toujours dans le coup sans pour autant avoir réussi à lever les bras une seule fois. Cependant, ses accessits, sur des étapes clefs sont nombreuses, et ce qui en fait un redoutable adversaire pour les autres concurrents.

Geraint Thomas (36 ans – INEOS Grenadiers) vainqueur du Tour de France 2018 figure à n’en pas douter parmi les outsiders de ce Tour d’Italie 2023. A regarder ses résultats de début de saison quand il avait remporté la Grande Boucle, à l’époque, il avait pesé sur toutes ses courses préparatoires. Alors que cette année, en World Tour, le Britannique a été inexistant. Ceci étant, sa 15e place obtenue sur le récent Tour des Alpes témoigne d’une montée en puissance, mais en aucun cas suffisante pour aller jouer un podium. A voir pour le Top 10. Ceci étant, son expérience associée à ses qualités de rouleur et de grimpeur, si la condition est au rendez-vous, lui permettront de viser une place d’honneur. Dans tous les cas, il sera une aide précieuse pour Tao Geoghegan Hart.

Stefan Küng (29 ans – Groupama FDJ) qui a annoncé souhaiter devenir champion du monde du chrono cette fin de saison aura trois occasions de l’emporter. Ce seront trois tests de très haut niveau pour le Suisse. A noter que le seul chrono disputé cette année, sur le Tour de l’Algarve, il l’a remporté. Concernant le classement général, le coureur de l’équipe Française peut prétendre à un Top 10 à l’arrivée dans trois semaines, bien que la concurrence sera rude. Mais au regard de ses aptitudes à grimper malgré son gabarit de rouler et ses résultats obtenus sur les Flandriennes, tout laisse à penser que Küng va jouer un rôle important sur ce Tour d’Italie. Sa dernière participation au premier Grand Tour de la saison cycliste date de 2016 où il terminait modestement 60e. Depuis, le Suisse s’est aguerri sur le Tour de France en progressant chaque année.

Thymen Arensman (23 ans – INEOS Grenadiers) sait aussi bien rouler que grimper ce qui en fait un outsider de très grande qualité mais aussi un candidat à réaliser une belle surprise une fois arrivé à Rome. Et son avantage, ou inconvénient selon la course, c’est d’appartenir à la puissante formation INEOS Grenadiers. Depuis le début de l’année le Néerlandais à toujours été à jouer les premiers rôles sans pour autant lever les bras ici ou là. Sur les deux chronos auxquels il a participé cette saison, à deux reprises il a terminé 6e. L’an passé Arensman a terminé 18e du classement général final du Tour d’Italie, et il s’agissait de sa toute première participation au Giro d’Italia.

Pavel Sivakov (25 ans – INEOS Grenadiers) est l’autre carte tricolore sur ce Tour d’Italie 2023. Fort de sa 16e place ici même l’an passé, ses résultats du début de saison en font un outsider de très grande qualité et très fort potentiel. Que ce soit sur les courses par étapes (9e de Paris-Nice, 7e Tour des Alpes) ou encore sur Liège-Bastogne-Liège qu’il a terminé à la 14e place, le Français a annoncé la couleur pour cette 106e édition. Et avec ses qualités de grimpeur et ses aptitudes à rouler Sivakov va jouer un rôle important sur sur Giro, c’est évident, qui plus est, lui qui arrive en fin de contrat avec sa Team.

Ben Healy (22 ans – EF Education-EasyPost) qui va débarquer en Italie sans le moindre complexe et prêt à attaquer dès que l’occasion se présentera. En 17 jours de course le coureur Irlandais à réalisé pas moins de dix Top 5. Il a notamment remporté en début de saison le GP Industrie et Artisanat (1.Pro) et terminé 4e de Liège-Bastogne-Liège mais aussi 2e de l’Amstel Gold Race. C’est dire la qualité du coureur que redoute, selon ses dires, un certain Remco Evenepoel.

Lire aussi : Toute l’actualité du cyclisme sur route 2023

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.