Route : Egan Bernal prêt à quitter INEOS Grenadiers ?
Photo : Giro d'Italia
0 Partages

Sur cette 19e étape du Giro 2021 tracée entre Abbiategrasso et Alpe di Mera, Simon Yates (Team BikeExchange) l’a emporté devant Joao Almeida (Deceuninck- Quick Step) et Egan Bernal (Ineos Grenadiers). Le maillot rose a perdu une trentaine sur le britannique aujourd’hui. Comme dans le final de la 17e étape, Egan Bernal a montré des signes de faiblesse sur la fin de l’étape. Simon Yates met la pression sur le colombien même si l’écart reste confortable pour le vainqueur du Tour de France 2019 (2:49 de retard pour Yates). N’oublions pas Damiano Caruso toujours en embuscade derrière le maillot rose. (2ème du général à 2:29) car il pourrait profiter du marquage entre les deux coureurs qui paraissent le plus à l’aise en haute montagne.

Giro 2021: La réaction du maillot rose après la 19e étape

Après être arrivé 3ème sur cette 19e étape, Egan Bernal s’est montré optimiste en conférence de presse: « Je me sens actuellement très bien. Je suis satisfait car j’ai fait une très belle montée. Bien sûr (Simon) Yates était le plus fort aujourd’hui. »

Puis, le colombien s’est exprimé au sujet de la 20e étape de demain qui sera sans doute décisive: « J’espère qu’avec l’altitude j’aurais les mêmes sensations qu’aujourd’hui. Je vais essayer de gérer l’avance que j’ai sur mes 2 adversaires directs qui sont actuellement sur le podium. Ca devrait bien se passer si les sensations sont bonnes.

https://twitter.com/giroditalia/status/1398304059631808512?s=20
0 Partages
Mathis MAUDET
Grand passionné de sport et de cyclisme depuis mon enfance. Pratiquer le VTT en s'imaginant être dans un final de championnat du monde est mon quotidien ;)

2 commentaires

  1. C’est une réaction pour les journalistes et le grand public qui ne traduit peut-être pas exactement la réalité physique du maillot rose. « Je me sens actuellement trés bien », heureusement, mais à vélo, dans la dernière ascension du jour, le colombien n’est pas apparu sous son meilleur jour, ni des plus à l’aise, même s’il termine troisième de l’étape… Almeida l’a même décramponné dans le dernier kilomètre et tandis que le portugais revient assez prés de Yates, lui, par contre, dans ces derniers mètres toujours assez révélateurs, perd du temps sur le britannique… « J’ai fait une trés belle montée »: pas exactement, la roue de son équipier Martinez lui a été d’un grand secours; comme celles d’autres équipiers et elle pourrait bien l’être encore demain sur la dernière étape de montagne, afin qu’il puisse remporter ce giro… « J’espère avoir les mêmes sensations qu’aujourdhui » : Là il en fait un peu trop, c’est comme quitter l’imper à Cortina…
    En fait notre colombien a plus ou moins la guibole qui flageole et apparait quelque peu en bout de course, un euphémisme diront certains, à deux jours de la fin… Avec la force de son équipe, celles qui lui restent, le retour en altitude demain, etc… Bernal devrait néanmoins arriver à Milan avec cette victoire qu’il mérite mais ce giro dévoile aussi une personnalité qui évolue ou se révèle , celle d’un jeune champion colombien placé sous les feux de la rampe…

  2. Les deux dernières étapes de montagne ont montré un leader en difficulté, loin de la domination qu’il affichait depuis le départ de ce Giro. C’est net, il n’est pas au mieux de sa condition, mais pas encore à la rupture. Sur l’étape 17, son équipier Martinez l’a sorti du naufrage en le tirant jusqu’à l’arrivée, en lui criant de s’accrocher coûte que coûte à sa roue. Sur l’étape 19, l’équipe Deceuninck, de Jao Almeida a bien compris en développant une stratégie offensive des la traversée de Stresa, stratégie qui a provoqué une cassure en isolant quelques coureurs d’Inéos, dont Martinez. Ces derniers sont parvenus à revenir dans le peloton de tête au prix d’un énorme effort qui s’est payé dans la dernière ascension emmenée à un train d’enfer par les équipiers d’Almeida, aidé par un équipier de Simon Yates. Bernal était calé comme d’habitude dans la roue de Martinez et quand Yates a produit son effort, pas de réponse de l’équipe Inéos. A 3 kms du sommet, Martinez lessivé par les efforts dans la vallée, s’est garé laissant Bernal seul. L’arrivée étant proche, il a su bien limiter les dégats. Almeida prend une belle seconde place. Demain, grosse étape de montagne avec arrivée au sommet. Je pense que tout est encore possible pour renverser le classement général si une nouvelle fois, les équipes des prétendants à la victoire ne laisse pas Inéos mener le jeu, il faudra attaquer dès les premiers hectomètres. On va se régaler…

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.