Toon Aerts suspendu 2 ans pour dopage par l’UCI

4
2080
Toon Aerts suspendu 2 ans pour dopage par l'UCI
Toon Aerts entend bien continuer à clamer son innocence. Photo : @D.R

Toon Aerts (29 ans) a été contrôlé positif, hors compétition, le 19 janvier dernier au Létrozole, utilisé généralement pour masquer la prise d’anabolisants. Ce jeudi, nous avons appris que l’ancien coureur de l’équipe Baloise – Trek Lions a été suspendu deux ans pour dopage par l’Union Cycliste Internationale.

C’est par courrier a-t-on appris que la sanction pour dopage est tombée. Rappelons que le coureur Belge, spécialiste du cyclo-cross, a continuellement clamé son innocence. Aussi, jusqu’au 2 novembre dernier le coureur n’était pas encore suspendu.

A LIRE AUSSI : Toute l’actualité du cyclisme

4 Commentaires

  1. C’est fou! Mais comment peut on oser encore penser à se doper? Tous les moyens en termes de méthodes et de technologie sont mis en application pour combattre ce véritable fléau. Chaque athlète de haut niveau ne peut l’ignorer. De plus, le cyclisme est LE sport le plus contrôlé ! Alors, pourquoi tenter de nos jours penser à se doper? C’est complètement ubuesque de croire que l’on ne sera jamais rattrapé par la patrouille. C’est désespérant et je pense aux sponsors de ce coureur. En termes d’image et de communication, cela doit faire grincer les dents de son commanditaire. Franchement écœurant ! Des gens qui décidément n’ont rien compris qui salissent ce sport qui reste magnifique.

  2. Toon Aerts est suspendu deux ans, mais puisqu’il est déjà arrêté, il devrait pouvoir reprendre en février 2024. Les diverses réactions, notamment la sienne, laissent supposer qu’il retrouvera une équipe.
    Les cas de dopage nous permettent souvent de faire connaissance avec certains médicaments; ici, c’est pas le pétrozole, mais le létrozole, et à lire la notice, le produit n’est vraiment pas anodin… Remarquons aussi les multiples réactions « positives », en soutien au champion belge, analysables elles-aussi, peut-être symboliques d’une époque, comme une forme de défiance envers l’autorité administrative… Il est vrai que d’autres, à allures d’innocents, passent parfois mieux les mailles du filet, ou arrivent même à s’en extraire, notamment avec l’aide de bons avocats…

  3. Je trouve que ces dernières affaires de  » Dopages  » me semblent un peu , comment dire  » nébuleux  » . Pour l’affaire Quintana il prend une sanction car il aurait pris un médicament non dopant mais contre la douleur ( il me semble ) Aujourd’hui nous avons Aerts qui lui prend une sanction pour un médoc qu’il aurait pris lui aussi , et servirait de masquant ( zorro ) d’une prise d’un médicament dopant , mais lequel ? Ben oui lequel messieurs , Le létrozole qui nous concerne ( Aerts ) est un médicament parmi tant d’autres qui traite le cancer du sein . Bon ok , il a été cherché le médicament à sa pharmacie du quartier ou il l’a trouvé sur une étagère quelque part . Tient un bonbon . Ben voyons , toujours est il qui lui a fourni le médoc ??? . Alors là mystère . Car je pense ( enfin j’essaye ) que celui ci est prescrit à usage thérapeutique . Donc docteur, certains vont dire internet , oui là aussi on y trouve de tout et du n’importe quoi . Bref pour se doper il faut le vouloir ou alors à son insu de son plein gré . Reste que, il prend 2 ans , avec effet rétroactif je doute . Cela reste pour moi une sanction et un message pour ceux qui seraient tentés de prendre des chemins interdits . La cloche de l’UCI a sonnée …

  4. Je ne vais pas faire de commentaire de peur de décevoir les puristes qui pensent que nous sommes sur la bonne voie pour régler le probléme du dopage dans le sport……….?????????

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.