La Team Sky gagne le classement par équipes du Tour de France.
L'équipe Sky, grande vainqueur, a remporté 716 590 euros de gains. Photo : ASO/Pauline BALLET.
Tour de France 2017 : un bilan contrasté pour les équipes WorldTour
Noter cet article ?

Le Tour de France est l’un grands objectifs de la saison pour l’ensemble des équipes. Ces trois semaines sont souvent déterminantes dans le bilan global de l’année. Comme chaque édition, des formations ont répondu présent à ce grand rendez-vous planétaire en étant animateur de la course. D’autres moins en vue, ont subi tout au long des vingt-et-une étapes du parcours.  

Un Tour de France réussi pour certains

Victoires d’étape, maillot distinctif ou les deux ! Des équipes ont passé trois semaines de rêve sur les routes françaises. Et ont même affiché des résultats au-delà de leurs espérances, comme la Team Sunweb qui peut se targuer d’avoir emmener jusqu’à Paris deux maillots distinctifs, celui à pois et en vert grâce à Warren Barguil et Michael Matthews. Quelle réussite après un Giro déjà conclu en apothéose. Une seule autre formation peut s’estimer avoir un aussi beau bilan. Il s’agit de la Team Sky, qui termine pour la quatrième fois en cinq éditions avec le maillot jaune porté par Christopher Froome. Seul le succès d’une étape manque aux britanniques. Contrairement à la Quick-Step Floors, l’équipe la plus prolifique avec les cinq bouquets soulevés par le sprinteur allemand Marcel Kittel. La Team Lotto NL – Jumbo avec Primoz Roglic et Dylan Groenewegen, ainsi que AG2R La Mondiale La Mondiale ont aussi trouvé le chemin du succès. Mais pour d’autres effectifs, le général suffit à leur bonheur. C’est le cas bien sûr pour la Cannondale, qui termine à la seconde place du général avec le Colombien Rigoberto Uran. Alors que Orica-Scott ramène le maillot blanc, remporté de belle manière par Simon Yates succédant à son frère jumeau, Adam.

Une expérience en demi-teinte pour d’autres

Le Tour de France est loin d’être un long fleuve tranquille. Certaines formations ont connu des sentiments mêlés pendant trois semaines entre la joie et la déception. A l’image de la FDJ, qui a commencé très fort avec une étape pour Arnaud Demare plus un maillot vert porté trois jours. Avant que leur leader termine hors délai à Chambéry avec trois équipiers. C’est l’équipe qui fini avec le moins de représentants, à trois coureurs seulement. Bora-Hansgrohe est aussi passé par toutes les émotions. D’abord, la victoire de Sagan à Longwy puis son exclusion le jour suivant, l’abandon du leader Rafal Majka, et une deuxième victoire avec Maciej Bodnar. Histoire similaire pour la Team Dimension Data, qui a vécu l’abandon de Mark Cavendish mais aussi le beau succès d’Edvald Boasson Hagen. Autre vainqueur, Fabio Aru a permis à Astana de démarrer en trombe le Tour avant de fléchir en troisième semaine. A l’inverse, après les illusions perdues au général pour Alberto Contador, la Trek – Segafredo et Bauke Mollema ont su se remobiliser pour ne pas repartir bredouille. La Lotto-Soudal n’ont rien remporté par contre, mais l’équipe belge a été présente quasiment tous les jours à l’avant comme Thomas De Gendt, qui aurait pu être distingué coureur le plus combatif. Ce n’est pas passé loin non plus pour Jhon Darwin Atapuma d’UAE Team Emirates finissant deuxième au Col de l’Izoard. Louis Meintjes permet d’avoir un top 10 pour cette nouvelle formation.

Un vrai échec pour quelques formations

Quatre équipes ont clairement passé des moments compliqués sur ce Tour. En tête, la Bahrain-Merida est sans doute celle qui a eu le plus de difficultés. Très peu présente à l’avant, et pesant quasiment pas sur la course. A l’image de leur leader Sonny Colbrelli, rapidement débordé dans les sprints massifs. Le Norvégien Alexander Kristoff, de la formation Katusha Alpecin, n’a pas réussi à transformer l’essai malgré le travail fourni par ses équipiers. En misant tout sur le sprint, elle n’a pas réussi à remplir tous ses objectifs. Dans la lutte au classement général, deux équipes extrêmement ambitieuses ont vu rapidement leurs espoirs s’envoler. Le Team Movistar a perdu dès le premier jour Alejandro Valverde, tandis que Nairo Quintana a montré ses faiblesses en haute montagne, loin des premières places. Autre grand favori qui n’a pas pu défendre pleinement ses chances, c’est Richie Porte. Sa chute fatale dans la descente du Mont du Chat a ruiné toutes les ambitions de la BMC Racing Team, qui n’a pas su s’en relever ensuite.

Pour tout revoir du Tour de France, c’est ici

Site officiel de l’épreuve

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here