Vuelta 2021 : Rein Taaramae remporte la 3e étape et prend le maillot rouge
Photo : ASO
0 Partages

Au terme d’une longue échappée, Rein Taaramäe (Intermarché – Wanty – Gobert Matériaux) a triomphé sur la troisième étape de la Vuelta 2021. L’Estonien s’est imposé en solitaire au sommet de l’exigeante ascension de Picon Blanco. Il s’empare du même coup du maillot de leader. Joe Dombrowski (UAE Team Emirates) et Kenny Elissonde (Trek-Segafredo) ont fini à une vingtaine et une trentaine de secondes. Les premiers favoris pour le classement général dont Primoz Roglic (Team Jumbo-Visma) et Egan Bernal (INEOS Grenadiers) sont arrivés à un peu moins de deux minutes du vainqueur. Romain Bardet (Team DSM) a lâché un peu de temps.

Rein Taaramäe se retrouve en tête de la Vuelta 2021

Jour de gloire pour Rein Taaramäe. Sur la première arrivée au sommet jugée à Picon Blanco dans cette Vuelta 2021, l’Estonien ne pouvait pas rêver à un meilleur dénouement. Echappé avec sept autres coureurs, il a été le plus fort sur les pentes sévères de l’ultime ascension pour filer vers la gain de l’étape. Mais comme un bonheur ne vient jamais seul, c’est désormais le porteur du maillot de leader. Une première pour lui sur un Grand Tour. Il avait déjà remporté une étape au Tour d’Espagne, mais c’était il y a dix ans. Quoi qu’il arrive maintenant, cette 76e édition est d’ores et déjà une réussite le concernant.

Rapidement, dans cette troisième étape, les échappés ont pris de l’avance sur le peloton, qui n’a pas affiché une réelle intention pour revenir. A l’image du Team Jumbo-Visma de Primoz Roglic laissant au maximum neuf minutes d’écart. C’était donc acté dans les derniers kilomètres que les hommes de têtes allaient se disputer la victoire. Et comme prévu, les pentes de Picon blanco ont fait la différence même si Lilian Calmejane (AG2R CItroën Team) a tenté auparavant de prendre de l’avance, mais a été finalement rattrapé. A moins de trois kilomètres de l’arrivée, Taaramäe a filé seul en tête de la course et a distancé Joe Dombrowski, Kenny Elissonde, les deux derniers coureurs qui l’ont accompagné.

Romain Bardet distancé dans le final

Pour ceux qui visent le classement général final, une première sélection s’est opérée. Enric Mas (Movistar Team) a fini le plus fort, mais les poursuivants comme Primoz Roglic, Egan Bernal et Mikel Landa (Bahrain Victorious) ont seulement concédé trois secondes. Pour eux, cela reste une bonne journée. Par contre, d’autres coureurs ne peuvent pas en dire autant. Hugh Carthy (EF Education – NIPPO) a cédé une vingtaine de secondes, Romain Bardet et Aleksandr Vlasov (Astana – Premier Tech) ont perdu une trentaine de secondes. L’addition a été davantage salée pour Richard Carapaz avec une minute concédée. Si ce sont des premiers enseignements, tout reste à faire encore. La route est longue d’ici l’arrivée avec de nombreuses difficultés à franchir.

0 Partages
Maxime BOUHIER
27 ans - rédacteur TodayCycling.

5 commentaires

  1. Très beau vainqueur ! L’histoire est belle. Il peut garder son maillot 3 jours, en plus. La course et les échappées seront pilotées, par les équipes de sprinteurs, et il y en a beaucoup.

  2. La boîte à rigolades commence à s’ouvrir avec les retard de mister torticolis. Faut arrêter de causer de celui là sérieux.

  3. Au fil d’une carrière en dents de scie, considéré comme grand espoir à ses débuts, notamment chez Cofidis, c’est une victoire tardive, à 34 ans, mais qui ne fait que confirmer le talent de ce beau styliste, coureur « de classe », capable parfois du meilleur… Un autre coureur d’âge encore plus avancé se manifesta également dans le dernier kilomètre, menant grand train le groupe des meilleurs qui s’égrenait à l’arrière, il s’agissait d’ A.Valverde qui « caressait les pédales » et préparait la sortie finale de ses équipiers E. Mas et M.A. Lopes, ce dernier amenant Roglic dans la roue et bouchant d’ailleurs de manière assez maladroite le petit écart qui le séparait de son équipier.
    L’étape fut en effet riche d’enseignements sur la forme de chacun et les audacieux sont plus ou moins récompensés, les Jumbo laissant filer. Parmi les formations des autres favoris, la crainte de perdre derrière Roglic en haut du Picon prit peut-être le pas sur le désir de l’emporter, en quelque sorte plutôt faire perdre que tenter de gagner… Valverde et les siens ne s’en voudront pas, cette perversion relève de l’art de ces routiers si durs au mal, mais Roglic se retrouva pourtant bien isolé sur le haut du col et les Movistar du jour avaient largement leur chance en haut… La vuelta permet parfois des entrées en matière de ce genre, comme lorsque L. Calmejane y gagna une étape… L’albigeois ne manqua pas sa chance aujourd’hui et il anima de fort belle façon l’échappée gagnante; depuis quelques temps, le voici qui parait un peu moins tirer la grosse, signe d’un net regain de forme.

  4. Rein Taaramäe qui a passé 3 ans dans une équipe française sans nous démontrer grand chose change de casaque cette année et réapparait au devant de l’écran s ‘offrant une magistrale victoire d’étape , endossant par la même occasion le maillot de leader. Il ne doit pas regretter son choix assurément .

  5. Oui effectivement sanglier5608 nous pouvons constater que de nombreux coureurs(Français ou étrangers dans des équipes Françaises) gagnent plus facilement lorsqu’ils passent dans des équipes étrangéres..?
    La liste est longue des coureurs Français qui ont performé dans des équipes étrangéres et sont devenu plus discret dans des équipes Françaises ..?
    Un exemple parmis tant d’autres :Warren Barguil gagnait plus facilement lorsqu’il était chez Sunweb.!
    Par contre les coureurs en fin de carriere ou a la recherche de contrats pour lancer leur carriere on tendance a venir dans des équipes Françaises.?

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.