Route d'Occitanie victoire étape Venturini
Clément Venturini vainqueur au sprint de la 2e étape. Photo : @RouteOccitanie
183 Partages

A l’occasion de la seconde étape de la Route d’Occitanie, la victoire est revenue à Clément Venturini (AG2R La Mondiale). Le Français qui a décroché son premier succès de la saison, a réalisé la belle surprise de la journée. Battus, Nacer Bouhanni (Cofidis) le leader du classement général et Carlos Barbero (Team Movistar) ont dû se contenter des places d’honneur sur le podium.

A LIRE : Le classement complet de la 2e étape

Clément Venturini débloque son compteur de victoires cette saison sur la Route d’Occitanie

Comme la veille, la deuxième étape de la Route d’Occitanie s’est conclue par une arrivée groupée. Mais ce n’est pas forcément le coureur le plus attendu qui est allé s’imposer. Clément Venturini a été celui qui a tiré le mieux son épingle du jeu. Un résultat d’autant plus surprenant et étonnant que le coureur d’AG2R La Mondiale n’avait pas gagné jusque-là en 2018. Accumulant davantage les places d’honneur depuis le début de saison, son final a été réalisé parfaitement.

Dans un sprint lancé par Nacer Bouhanni, vainqueur lors de la première journée de course et donc leader au général, Clément Venturini a su dans un premier temps prendre sa roue. Ensuite le rapport de force s’est inversé, et il est allé débordé dans les derniers mètres son plus sérieux adversaire dans cette arrivée. A coup sûr, une victoire référence pour Venturini qui bat aussi au passage des coureurs comme Christophe Laporte ou encore Bryan Coquard, les cadors du sprint tricolore. Pour tous ces hommes, il faudra attendre désormais dimanche et la dernière étape pour espérer un succès, car demain c’est place aux grimpeurs avec une journée dépassant les 4 000 mètres de dénivelé.

https://twitter.com/RouteOccitanie/status/1007633149218697216

183 Partages
Maxime BOUHIER
27 ans - rédacteur TodayCycling.

2 commentaires

  1. Belle photo après le passage de la ligne. Venturini exulte, Bouhanni est battu, Barbero peste. L’intérêt du sprint se portait entre autres sur le duel à distance rapprochée entre les deux sprinters de la Cofidis et puis il fut question d’une autre ligne que celle d’arrivée, une ligne dont nous sommes si heureusement familiers, celle de N. Bouhanni, sprinter esthétique s’il en est, spécialiste à ses meilleures heures d’ondulations et autres vagues de Francfort dont lui seul a le secret. Et nous fûmes servis, Barbero aux premières loges, sprint pimenté pour l’espagnol…, Mais Bouhanni est jambon, Venturini est passé au centre… Le voici encore plus dans une certaine choucroute, seulement second et bien mal embarqué en vue du tour… Car même si d’aventure il nie, il s’entête et des vétus, Tasseur n’en veut pas.

  2. Une victoire qui fait plaisir . Le Giro lui a fait du bien , il a pris de la  » caisse  » est surtout de l’expérience .

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.