Peter Sagan boit du vin Bora-Hansgrohe !
Un dernier verre pour la route Peter ! Crédit photo : DR

Il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres… C’est vrai Peter Sagan fait partie des nôtres depuis une petite dizaine d’années maintenant. Je l’ai découvert tout jeunot dans l’équipe Liquigas-Doimo, timide, et déjà sans complexe à l’époque avec une envie débordante de tout dynamiter à seulement 18 ans pour devenir un très grand cru du cyclisme mondial.

Peter Sagan est toujours sobre même s’il a un bon levé de coude !

Allez vient boire un p’tit coup à la maison, y’a du blanc, y’a du rouge du saucisson. Non pas de saucisson, on ne tue pas les animaux pour nos besoins alimentaires. Remplacez-le par du hummus allongé sur un bon pain aux céréales et les cochons vous remercieront de les avoir laissés en vie. Peter Sagan, lui, est à consommer sans modération. Ce n’était pas l’avis d’un vélociste à qui j’ai eu affaire il y a quelques années. De mes éloges précoces pour le jeune Slovaque il en a fait de la chair à saucisse. Pour lui, le triple champion du monde sur route au levé de coude millésimé 2017 ne laisserait aucune trace dans l’histoire du cyclisme. J’irais bien revoir ce visionnaire découvreur de talent et trinquerais volontiers avec lui à la santé de celui qu’il considérait comme de la pistrouillette.

Daniel Oss est sans modération quand il boit du Peter Sagan

Le coureur italien Daniel Oss fraîchement débarqué de l’équipe BMC Racing ne manque pas d’éloges pour Peter Sagan. Il a déclaré qu’il était là pour l’aider à remporter les courses qui manquent encore à son palmarès et que « Tourminator » est le meilleur visage pour le nouveau cyclisme. Peter Sagan a donc trouvé un nouvel ange gardien en la personne de Dany qui se pochetronne sans modération à son nouveau leader. Attention tout de même, car il risque de vaciller sur son vélo du haut de sa protection au nez rouge et de son ivresse qui sera quasi quotidienne sans que cela soit dangereux pour sa santé.

Crédit photo : Bora-Hansgrohe

Vidéo – La cuvée Bora-Hansgrohe 2018 côté coureurs festifs !

@BORAhansgrohe

Frédéric LENE

4 commentaires

  1. Ne lui parlez plus de Vittel !… Pas ça ! Pas ça !… De quels crus s’agit-il ? Sur la photo de face on voit un vin qui pétasse, qui pétille… Va-t-il écoper la chopine ?… L’autre doit être un rouge, sans doute un cul crassé un cru classé, mais lequel ? Est-ce un cru de Macon ? Un Pouilly ?… En tous cas ce n’est un gros-clant des Pouilles, c’est certain… Réserve-t-il le blanc classé pour la champagne des classiques, le blanc sec, plus ordinaire mais tout aussi efficace aux dires d’André Foucher (Foucher dans le coin, couché dans le foin), étant réservé aux courses de moindre envergure ?… Et vous croyez qu’il bora tout le frontignan ?… C’est bien possible, car c’est pas le genre à nous la faire à l’anglaise… Il semblerait qu’avec le pinard, inhalapapeur des doses, le Peter !

  2. Marie-Hélène,

    Non ce n’est pas un Malepere, mais un vin blanc italien édition BORA provenant du vignoble « Terre di Ger » et signé par toute l’équipe Bora-Hansgrohe.

    À la vôtre !

    Cordialement

    Frédéric Lène

  3. Ce qui est bien avec Sagan , c’est un look nouveau à chaque nouvelle saison qui démarre ( Demare lui n ‘a toujours pas sa nouvelle tenue ) . Enfin un cycliste qui marche au pinard , et un pétillant de plus, il lui manque plus que le sabre . Il a déjà le look d’un hussard ….. Comme tout bon guerrier il se prépare pour une nouvelle campagne de victoires …

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.