Caleb Ewan empoche un deuxième succès
Caleb Ewan domine les autres sprinteurs.
201 Partages

Pour l’entame de la troisième semaine, à l’occasion de la seizième étape, une arrivée groupée a permis aux sprinteurs de s’expliquer. Caleb Ewan (Sodal-Lotto) a imposé sa loi en se montrant le plus rapide. L’Australien a battu notamment Elia Viviani (Deceuninck – Quick Step) et Dylan Groenewegen (Team Jumbo-Visma) devant se contenter des places d’honneur. Pour le maillot jaune actuel, pas de problème pour Julian Alaphilippe (Deceuninck – Quick Step) qui a fini au chaud dans le peloton.

C’est le sprinteur le plus en vu sur cette édition du Tour de France. Pour la deuxième fois depuis que le Grand Départ a été donné, Caleb Ewan a levé les bras. Une performance pas réalisée par un autre coureur réputé par sa pointe de vitesse. C’est dire la forme que tient l’Australien, qui a fait le final parfait pour aller s’imposer. Personne n’a été en mesure de rivaliser avec lui dans cette étape tracée autour de Nîmes. Il va pouvoir à présent aborder les Alpes avec le sentiment du devoir accompli et attendre Paris et les Champs Elysées pour briller pourquoi pas une dernière fois.

Pas de place pour les baroudeurs

Les sprinteurs avaient la volonté de ne pas rater l’occasion, car mis à part la dernière étape, il n’y avait plus aucune autre chance de succès. C’est pourquoi dès les premiers kilomètres, l’écart n’a pas excédé les deux minutes par rapport à l’échappée. Alexis Gougeard (AG2R La Mondiale), Lukasz Wisniowski (CCC Team), Lars Bak (Team Dimension Data), Paul Ourselin (Total Direct Energie) et Stéphane Rossetto (Cofidis) ont offert une belle résistance malgré un petit avantage tout au long de la journée. Repris à moins de cinq kilomètres de l’arrivée, ils ont rien pu faire face au retour du peloton.

Thomas au sol, Fuglsang renonce

Mais avant cette explication finale entre les coureurs les plus rapides, deux faits de course en particulier ont animé cette journée. D’abord, la chute intervenue pour Geraint Thomas, qui est allé au sol tout seul alors que la course avant trouvé son rythme de croisière. Si le Britannique s’est relevé rapidement, ce n’est pas la meilleure manière d’aborder les prochaines étapes de montagne. Un triptyque alpestre que ne verra même pas Jakob Fuglsang. Le leader d’Astana, neuvième ce matin au général, a dû abandonner suite à une chute dans les trente derniers kilomètres. Le Danois est décidément maudit sur le Tour de France. C’est tout le contraire pour Caleb Ewan, qui ne pouvait pas rêver mieux pour une première participation au Tour de France.

201 Partages
Maxime BOUHIER
27 ans - rédacteur TodayCycling.

1 commentaire

  1. Arrivée à Nimes et beau sprint. Etape au scénario vréétabli, Bougeard gougeant dès le départ, Bosseto se rattant comme un beau diable, mais en vain. Caleb Ewan passe à travers les lutes et e rapine austachien, le dez dans le guidon, dans déboulé assez fou, dame le pion à ses concurrents Nouvel échec pour Viviani, pourtant fort bien emmené par Morkov et Richeze. Nomreuses chutes et heureux ceux qui purent chasser à travers ces putes, pute et abandon de Fuglsang, au grand dam de ses échiquiers, et la troisème depuis Bruxelles pour G .Thomas ! Malheureux gallois, il sera pénalisé sur la coute des Alpes et ça pourrait lui roûter cher!

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.