Mathieu van der Poel remporte en solitaire son premier Paris-Roubaix

5
877
Mathieu van der Poel remporte en solitaire son premier Paris-Roubaix
Mathieu van der Poel vainqueur de son premier Paris-Roubaix. Photo : A.S.O./Pauline Ballet

Mathieu van der Poel (Alpecin-Elegant) entre dans l’Histoire de Paris-Roubaix. Pour la première fois de sa carrière, le Néerlandais s’est adjugé l’Enfer du Nord. Vainqueur en solitaire sur le vélodrome de Roubaix, il a pris définitivement l’avantage à la fin du secteur pavé du Carrefour de l’Arbre suite à la crevaison de Wout Van Aert (Jumbo – Visma), battu au sprint pour la deuxième place par Jasper Philipsen (Alpecin-Elegant).

Après le Tour des Flandres à deux reprises, Milan-San Remo cette année, Mathieu van der Poel tient sa quatrième victoire dans un Monument. Le Néerlandais vient de s’imposer sur Paris-Roubaix à l’issue de 256,6 kilomètres en affichant une forme resplendissante. Au vélodrome de Roubaix, le coureur de la formation Alpecin-Elegant a pu prendre le temps de savourer en arrivant seul et en étant certain de ne pas se faire rattraper. C’est une nouvelle ligne de prestige inscrite à son palmarès déjà bien fourni.

L’édition la plus rapide de l’Histoire

Quasiment de bout en bout, durant ce Paris-Roubaix, ça n’a pas débranche. Avec pour commencer une échappée qui a mis énormément de temps avant de se dégager. Il a fallu attendre quelques kilomètres seulement avant le premier secteur pavé de Troisvilles pour voir quatre coureurs se détacher. Derek Gee (Israel – Premier Tech), Juri Hollmann (Movistar Team), Jonas Koch (Bora – hansgrohe) et Sjoerd Bax (UAE Team Emirates) qui résistera le plus longtemps, vont passer un temps de la course en tête. Mais pas longtemps non plus, car la grande explication entre les cadors du peloton n’a pas tardé.

A un peu plus de 100 kilomètres de l’arrivée, dans le secteur d’Haveluy, la formation Jumbo-Visma a accéléré le rythme. De quoi permettre aux plus forts de prendre l’avance, comme Wout Van Aert, Mathieu van der Poel, sans oublier Christophe Laporte (Jumbo – Visma), John Degenkolb (Team DSM) et Stefan Küng (Groupama – FDJ). Ce fut alors déjà le moment d’aborder la mythique Trouée d’Arenberg où plus d’un ont perdu toutes leurs illusions. Dylan Van Baarle (Jumbo – Visma) vainqueur sortant et Kasper Asgreen (Soudal – Quick Step) ont quitté la course suite à une chute alors que Christophe Laporte a perdu gros suite à une crevaison. Le Français ne reviendra plus à l’avant. A la différence de Mads Pedersen (Trek-Segafredo), Filippo Ganna (INEOS Grenadiers) et Jasper Philipsen (Alpecin-Deceuninck) faisant la jonction avec le groupe de tête.

Carrefour de l’Arbre, instant décisif

Ensuite, sur plusieurs dizaines de kilomètres, les cadors de cet Enfer du Nord sont restés groupés. La sélection définitive s’est produite au Carrefour de l’Arbre, juste avant les 15 derniers kilomètres. Encore sept coureurs en lice pour la victoire, John Degenkolb (Team DSM) fut le premier à être écarté en raison d’une chute occasionné par un contact avec Jasper Philipsen et Mathieu van der Poel. Au même instant, Wout Van Aert s’est placé en tête et a pris quelques longueurs d’avance avant que son rival de toujours Mathieu van der Poel ne soit revenu. Pedersen, Ganna et Küng était trop courts pour rivaliser. Puis, dans la dernière ligne droite de ce secteur, van der Poel a pris l’ascendant alors que Van Aert connaissait une crevaison lente. Le Belge a été contraint de s’arrêter, perdant une trentaine de secondes mais surtout de revenir sur la tête de course.

Dans les derniers kilomètres, van der Poel était suffisamment costaud et n’a pas faibli à un seul instant. De quoi ne pas être inquiété par la concurrence résignée à se battre pour la deuxième place d’autant plus Jasper Philipsen faisait parfaitement son travail d’équipier pour gêner la poursuite. Au final, van der Poel est devenu seulement le quatrième coureur à réaliser le doublé Milan-San Remo et Paris-Roubaix la même saison. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, son équipe Alpecin-Elegant le temps d’une journée pour cette appellation, a fait le doublé avec la deuxième place de Philipsen battant au sprint Van Aert. Meilleur français, Christophe Laporte a décroché la dixième place.

Classement de Paris-Roubaix

1 – VAN DER POEL Mathieu (Alpecin-Deceuninck) les 256,6 km en 5:28:41 (46,8 km/h)
2 – PHILIPSEN Jasper (Alpecin-Deceuninck) + 0:46
3 – VAN AERT Wout Jumbo-Visma) m.t
4 – PEDERSEN Mads (Trek – Segaf) + 0:50
5 – KÜNG Stefan (Groupama – FDJ) m.t
6 – GANNA Filippo (INEOS Grenadiers) m.t
7 – DEGENKOLB John (Team DSM) + 2:35
8 – WALSCHEID Max (Cofidis) + 3:31
9 – REX Laurenz (Intermarché – Circus – Wanty) + 3:35
10 – LAPORTE Christophe (Jumbo-Visma) + 4:11

Classement complet

5 Commentaires

  1. Bravo Van Der Poupou !
    Bravo aussi à Philipsen qui a eu l’intelligence de changer de vitesse, pour avoir un plus grand développement, juste avant de plonger devant le malheureux Van Aert, qui a un pneu souffert.

  2. M. Van der Poel était le principal favori et il l’emporte assez logiquement, malgré la crevaison qui élimine W. Van Aert, l’éternel opposant; une victoire plus ou moins attendue, s’inscrivant dans la suite de la saison de classique de M. Van der Poel, et encore plus dans le fil de la carrière d’un champion également cyclo-crossman; dans la continuité, par exemple, de R. de Vlaeminck, quadruple vainqueur de cette classique.
    Vainqueur après avoir multiplié les attaques ou assuré le train avec ses équipiers Philipsen et Vermersch, la victoire possède un caractère indiscutable, même si la malchance de W. Van Aert peut être invoquée… Observons à ce sujet deux autres crevaisons chez Jumbo pour C. Laporte, parfois des crevaisons lentes, ce qui met en question matériel, gonflage ou simplement la marque des boyaux…
    Le plus notable serait peut-être ce doublé Alpecin, avec la confirmation du rapide J. Philipsen comme coureur futur spécialiste de grandes classiques, ainsi qu’une complicité avec M.Van der Poel très révélatrice, apparue dans ses victoires à Tirreno ou lors du grand prix de Lescaut mercredi dernier…
    Philipsen en valeur montante, Degenkolb extraordinairement attaché à Roubaix et qui brille à nouveau malgré sa chute, mais peu de surprise en fait; ce classement oublie temporairement le 5é, mais Kung 5é, c’était à peu près prévu…

  3. Victoire méritée de V D Poel même si on peut se poser des questions sur les choix au niveau des pneumatiques ou de la pression de gonflage des Jumbo alors que l’équipe Alpecin a été plutôt épargnée dans ce domaine . Avaient -il le système « d’assistance au gonflage  » où sont-ils restés sur le traditionnel ??
    L’attaque des Jumbo qui a provoqué la première sélection s’est retournée contre eux dès lors que Laporte à crevé et surtout subi un dépannage anormalement long. Paris Roubaix ne se gagne pas qu’à la pédale !
    Des la les cartes ont été rebattues et le nombre a joué pour V D P qui a pu compter sur deux équipiers efficaces . Vu de la facilité qu’il dégageait et malgré le sort favorable, il n’est pas sur que ceux qui l’accompagnaient auraient pu mettre en difficulté le Batave . L’élimination de Degenkolb qui semblait très à l’aise a ôté un caillou dans la chaussure de VDP car l’emmener jusqu’au vélodrome aurait été risqué .
    Avec trois victoires marquantes V D Poel a clairement mis son empreinte sur ce début de saison et pris un avantage psychologique sur son meilleur ennemi .

  4. VAN DER POEL est venu et à vaincu . Fort il a été , toujours à l’attaque avec un excellent PHILIPSEN comme coéquipier de luxe . Je reste dubitatif sur les circonstances de la chute de DEGENKOLB qui semble sans importance dans l’absolu pour certains , un simple fait de course , pourquoi pas . Par contre si DEGENKLOB avait fait chuté VAN DER POEL on aurait crié au scandale ? Certainement . D’ailleurs DEGENKLOB d’un ton laconique et sans nommé personne a déclaré :  » on m’a poussé et je suis tombé  » . Les JUMBO n’ont pas été épargné par les crevaisons , le matos peut être ou la malchance . C’est vrai il faut être fort pour gagner cette course mais aussi avoir de la chance . Certains coureurs ont oublié de la commander , comme SAGAN qui aura un mauvais souvenir de son dernier PARIS ROUBAIX .

  5. Tout simplement BRAVO A MVDP et a Alpecin-Deceuninck ..!
    J’en connais un sur son petit nuage qui doit étre ravi (Tchin…Tchin a la tienne Poupou..!)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.