Qui peut s’offrir une McLaren Cavendish ? C’est mieux qu’un Picasso !

0
Mark Cavendish à un nouveau surnom,
Mark Cavendish est convalescent alors il passe son temps à faire des dédicaces sur des McLaren ! Crédit photo : Twitter Mark Cavendish

Mark Cavendish se remet doucement de sa lourde chute intervenue sur la 4e étape du Tour de France 2017. Il ne participera pas au Tour d’Espagne 2017 et le Championnat du monde sur route à Bergen en Norvège n’est pas taillé pour lui. Le sprinteur de l’Ile de Man aura presque fait choux blanc jusqu’ici. Il n’a décroché qu’une seule victoire en début d’année sur l’Abu Dhabi Tour. Entre sa mononucléose qui l’a éloigné des pelotons pendant des semaines et son gadin sur la Grande Boucle, cette année ne sera pas à marquer d’une pierre blanche pour le guépard qu’il est. Privé de compétition pour encore de longs jours, il faut bien qu’il passe le temps aussi vite que possible. « The Man Express » désormais appelé « McLaren Cavendish », a sorti son plus beau stylo bic vert pour signer son nom sur un magnifique bolide.

Crédit photo : Twitter Mark Cavendish

« McLaren Cavendish » remportera-t-il une seconde fois le maillot vert ?

On a toujours l’impression que « McLaren Cavendish » (Dimension-Data) est nostalgique de son premier maillot vert quand il en parle. Comme il aime à dire, le Tour de France est toute sa vie. Cette course a construit en grande partie son énorme palmarès et lui a apporté la notoriété dont il peut en jouir pleinement aujourd’hui. Le meilleur sprinteur de tous les temps a toujours l’envie de regoûter à la couleur de l’espoir et découvrir l’effet grisant de porter le tricot jaune en juillet. En ce qui concerne sa première ambition, il aura de plus en plus de mal à la concrétiser jusqu’à Paris, car la concurrence est rude comme on a pu le voir ces dernières années sur le Tour de France. Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) a dominé de la tête et surtout des jambes le classement par points depuis 2012 et quand il n’est pas là comme sur la dernière édition, Marcel Kittel (Quick-Step Floors) s’est chargé à cinq reprises de montrer qui était le maître des sprints malgré son abandon sur la 17e étape dans l’ascension du Col de la Croix-de-Fer. Michael Matthews (Sunweb) a pris la relève d’une très belle façon et a démontré qu’il faut être plus qu’un pur sprinteur pour gagner ses galons de « géant vert » jusque sur les Champs-Élysées. « McLaren Cavendish » reviendra sur la Grande Boucle 2018 équipé d’un moteur sous le capot qui lui permettra peut-être de passer la haute montagne avec plus de peps dans les tours.

Crédit photo : Twitter Mark Cavendish

Vidéo – De très bons souvenirs mais aussi de très mauvais comme à Harrogate en 2014

Retrouvez toute l’actualité du cyclisme en cliquant ICI

Ne rien manquer de l’actualité des transferts 2017/2018

@MarkCavendish

Soyez le premier à noter !
Un instant...

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE