Oscar Rodriguez gagne s apremière étape en Grand Tour
Rodriguez surprend tout son monde. Capture d'écran La Vuelta.
109 Partages
Oscar Rodriguez réalise la sensation du jour à la Camperona
4 (80%) 4 votes

Personne ne l’avait vu venir. A 23 ans seulement, Oscar Rodriguez (Euskadi – Murias) est allé s’imposer en solitaire au sommet de la Camperona. L’Espagnol a devancé Rafal Majka (Bora Hansgrohe) et Dylan Teuns (BMC Racing Team), autres membres de l’échappée du jour. Dans la lutte pour le classement général, Nairo Quintana (Movistar) et Simon Yates (Mitchelton-Scott) se sont révélés les plus forts. Cependant, c’est bien Jesus Herrada (Cofidis) qui conserve le maillot rouge.

Oscar Rodriguez se révèle sur la Vuelta

Une surprise totale ! Le succès d’Oscar Rodriguez sur la treizième étape était plus que difficile à prévoir, totalement inattendu même. Pour l’heure, encore inconnu, il vient de briller sur l’une des plus prestigieuses épreuves du calendrier et l’un des trois Grands Tours de la saison. Et en plus, le symbole ne s’arrête pas là car il s’agit de sa première participation à une course de trois semaines tout comme son équipe Euskadi – Murias, qui honore pleinement son invitation. Un jour qui est donc forcément spécial sur plusieurs aspects.

Cette incroyable performance de Rodriguez et Euskadi – Murias est d’autant plus surprenante que du beau monde formait l’échappée du jour. Fournie comme les journées précédentes, il y avait notamment dans celle-ci des coureurs comme Ilnur Zakarin (Team Katusha Alpecin), Bauke Mollema (Trek-Segafredo), Ben King (Dimension Data) ou encore Rafal Majka (Bora Hansgrohe) et Dylan Teuns (BMC Racing Team). D’ailleurs, pendant un instant, la victoire semblait se jouer entre les deux derniers cyclistes cités. Seuls en tête de course à environ 1,5 kilomètres du sommet, ils ont vu ensuite le retour de Rodriguez qui les a lâché seulement quelques temps après. Et malgré une tentative de Majka dans les 500 derniers mètres, il n’y avait rien à faire. Le membre de la formation Euskadi Murias était inarrêtable.

Quelques écarts entre les favoris, Herrada toujours en rouge

Derrière la course pour la victoire d’étape qui a mis aux prises les échappées, celle entre les favoris a pu permettre de dégager une certaine hiérarchie. Si les écarts sont restés assez ténus, certains ont pu montrer leur supériorité face à leurs adversaires. Nairo Quintana et Simon Yates ont prouvé dans cette ascension de la Camperona qu’ils étaient un ton au-dessus. Et après s’être retrouvés seuls, le Colombien a pris le dessus sur le Britannique dans les derniers mètres, lui mettant six secondes au passage sur la ligne. Derrière, Alejandro Valverde et Thibaut Pinot ont limité la casse en ne concédant que dix-sept secondes. Pour sa part, Miguel Angel Lopez en a perdu vingt malgré un problème mécanique dans les deux derniers kilomètres.Concernant ces coureurs, ce premier opus du triptyque montagneux s’est globalement bien passé.

Par contre, cela a été plus compliqué pour d’autres. Fabio Aru (UAE Team Emirates) a concédé 1 minute et 4 secondes par rapport à Quintana, Michal Kwiatkowski (Team Sky) a perdu 1 minute et 16 secondes tandis que George Bennett (Team LottoNL-Jumbo) a fini à 1 minute et 30 secondes. Sinon, Jesus Herrada (Cofidis) est parvenu à conserver une partie de son avance au général en perdant 1 minute et 46 secondes. Il ne devra pas perdre plus de temps demain face à Simon Yates et Nairo Quintana pour rester toujours à le première place. C’est l’un des nombreux enjeux de la 14e étape dont l’arrivée jugée à Les Praeres. Nava après 171 kilomètres s’annonce tout aussi difficile que celle d’aujourd’hui.

109 Partages
Maxime BOUHIER
25 ans - Diplômé école de journalisme de Nice option sport - rédacteur TodayCycling. Passionné par l'information en général, dont le sport. Aime le cyclisme, foot, tennis, sports mécas, sports d'hiver,... Mes passions : cyclisme et course à pied (4 marathons).

1 commentaire

  1. Belle surprise en effet. En dehors des indiscutables qualités intrinsèques du coureur d’Euskadi Murias, il est heureux de trouver quelques raisons qui peuvent contribuer à comprendre cette performance : le coureur est basque et compte tenu de la nature des difficultés de cette région, Rodrigues est habitué à rencontrer des difficultés analogues ou de tels pourcentages sur ses routes d’entrainement, et sans doute connaissait-il bien cette montée et la meilleure façon de l’aborder, entre autre en dosant l’effort au pied en fonction d’un braquet nettement inférieur à celui de Majka ou Teuns, par exemple… Une manière de faire qui rappellerait ou justifierait celle de C.Froome, mais cette fois-ci d’une façon autrement plus abordable et rassurante pour le cycliste ordinaire ! Et puis n’étant pas du tout attendu, Rodrigues a sans doute pu filer le train de l’échappée en limitant ses efforts tout en se concentrant sur celui à fournir en fin d’étape…. Quoi qu’il en soit, bravo à lui… et à tous les concurrents, car dans une telle montée, rares sont ceux qui n’y souffrent pas !… Il est si facile de se brûler dans la,pente !

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.