Le Tour de France 2017 a été au coeur de la polémique à plusieurs reprises. Les affaire Sagan / Cavendish, Bouhanni, Bardet / Froome...
L'action qui a engendré la principale polémique du Tour de France 2017
Un Tour de France 2017 marqué par de nombreuses polémiques
Vous avez aimé ?

Le Tour de France est sujet aux polémiques depuis sa création en 1903. Et à l’époque où les réseaux sociaux mènent la danse, le mouvement s’est encore amplifié. Ainsi, pas une semaine ne s’est passée sans son lot de polémiques lors du Tour de France 2017. Le jury des commissaires de l’UCI et l’organisateur se sont trouvés au centre des critiques plus souvent qu’ils ne l’auraient souhaité.

L’absence de protection lors du premier chrono

Le Tour de France 2017 d’Alejandro Valverde et d’Ion Izagirre s’est arrêté dès le 7e kilomètre du contre la montre inaugural de Dusseldorf. Au même endroit, dans un virage à 90° situé aux abords du Rhin. Un virage potentiellement dangereux où aucune protection n’était présente, ce qui a provoqué l’ire du directeur sportif de Movistar : « Si les organisateurs avaient mis une protection, qui ne coûte rien, ça aurait évité les blessures si grave d’Alejandro et d’Ion ». ASO n’a fait aucun commentaire à ce sujet, ni émis un début de mea culpa malgré la remarque pertinente émise par Eusebio Unzué.

L’exclusion de Peter Sagan du Tour de France 2017

La décision de mettre Peter Sagan hors-course suite à la chute de Mark Cavendish lors de la 4e étape du Tour a sans aucun doute généré LA polémique du tour de France. La sanction des commissaires, prise en deux temps (pénalités puis exclusion une heure plus tard) avait le mérite d’être courageuse. Exclure le champion du monde de la course la plus populaire du monde allait fatalement faire parler… D’autant que l’action de Peter Sagan, ce fameux « coup de coude », semblait avant tout une manière pour le Slovaque de se maintenir en selle. Et si le champion d’Europe a finalement pris la chose avec une certaine philosophie, son équipe s’est montrée plus vindicative. Bora a ainsi d’abord protesté formellement avant de déposer un recours en référé devant le TAS afin de faire réintégrer son coureur dans la course. Mais ni ce recours, ni le hashtag #NoSaganNoTour n’ont permis au coureur le plus populaire du monde de réintégrer la Grande Boucle.

La non exclusion de Nacer Bouhanni

Souvent au coeur des polémiques, le sprinteur français a de nouveau fait parler de lui lors de la 10e étape. A sept kilomètres de Bergerac, une altercation entre Nacer Bouhanni et Jack Bauer s’est produite. Les seules images disponibles de l’incident, prises par hélicoptère, ne permettent de voir que la fin de l’action. On y voit un geste d’agressivité du coureur de la Cofidis envers le Néo-Zélandais. Au final, 200 francs suisses d’amende et une minute de pénalité pour Bouhanni, et un mécontentent général. De la part de l’intéressé d’abord, qui a l’impression de n’être jamais jugé à l’égal de ses confrères cyclistes, et qui a regretté qu’on oublie dans cette affaire la part prise par Jack Bauer dans l’incident. Et de la part de nombreux suiveurs qui ont estimé que la nationalité française avait sauvé Bouhanni de l’exclusion, pour un fait similaire à celui qui avait valu à Peter Sagan des vacances anticipées.

L’imbroglio des pénalités pour ravitaillement illégal

Pris en flagrant délit de ravitaillement à moins de 20 kilomètres de l’arrivée à Peyragudes (12e étape), Rigoberto Uran et George Bennett avaient été sanctionnés de 20’’ de pénalité. Une sanction jugée injuste par beaucoup, et notamment par Jonathan Vaughters, le directeur sportif de Cannondale. Vaughters fustigeait l’inéquité de la sanction puisque Romain Bardet n’avait pas été sanctionné malgré un ravitaillement également hors zone. Pourtant, contrairement au Colombien, le leader d’AG2R avait pris une bouteille des mains d’un spectateur, ce qui est autorisé. Mais pour couper court à une polémique qui prenait de grandes proportions, faisant de nouveau état d’un favoritisme pro-français, les commissaires ont décidé d’annuler la sanction au matin de l’étape suivante. Cela pourrait d’ailleurs être l’occasion de s’interroger sur le bien-fondé de ce règlement qui interdit le ravitaillement dans les derniers kilomètres, même par très forte chaleur…

Les sifflets pour Chris Froome au Puy en Velay

Solide leader malgré l’offensive des AG2R dans la 14e étape terminant au Puy-en-Velay, Chris Froome a subi des sifflets appuyés de la part de certaines spectateurs lors de l’ascension du Col de Peyra Taillade. Bien que manifestée au coeur du fief de Romain Bardet, cette animosité envers son principal adversaire s’est exprimée de manière trop hostile. Mais ne comptez pas sur Chris Froome pour alimenter la polémique. Conscient que sa popularité en France est peu élevée, le maillot jaune a préféré souligner le soutien qu’il recevait quotidiennement sur le bord de la route. Une hauteur de vue dont n’ont pas fait preuve tous les spectateurs du massif central.

David GUÉNEL
Passionné par le cyclisme des pionniers...

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.