Vinokourov, son procès avec Kolobnev reporté
Alexandre Vinokourov, suspecté d'avoir payé pour gagner Liège-Bastogne-Liège. Photo : Site officiel équipe Astana.

Alexandre Vinokourov, ancien cycliste et actuel manager de la formation kazakhe Astana, suspecté d’avoir acquis de manière frauduleuse sa victoire lors de l’édition 2010 de Liège-Bastogne-Liège, réclame auprès de la justice belge l’abandon pur et simple de poursuites à sa charge. C’est le site de la télévision belge francophone RTBF qui relaie cette information dans son édition du jour.

Vinokourov, une victoire de prestige à Liège mais…

Souvenez-vous, cherchez un peu dans votre mémoire d’amoureux de la petite reine. Nous sommes alors en 2010. Dans le final de la Doyenne des classiques, Liège-Bastogne-Liège, et plus particulièrement dans le dernier kilomètre. Cette fin d’après-midi du 25 avril 2010  consacre alors un des cyclistes les plus populaires du peloton professionnel, Alexandre Vinokourov. Alors qu’il n’est pas parvenu à semer son compagnon d’échappée, le Russe Kolobnev, et que tout le monde voit les deux hommes se disputer la victoire au sprint (qui semble promise au Russe au vu de sa vitesse de pointe), Vinokourov parvient, au terme d’une dernière banderille à 500 mètres de la ligne, à distancer Kolobnev et ainsi remporter la Doyenne.

Les premiers soupçons apparaissent

Très vite, des doutes surgissent et il apparaît de plus en plus probable que le « Tsar » aurait acheté la victoire à Kolobnev en échange d’une certaine somme d’argent. Une enquête est alors ouverte, les policiers en charge du dossier mettent la main sur deux versements de 100.000 et 50.000€. Le premier daté du 12 juillet 2010, le second du 28 décembre de la même année. Les enquêteurs constatent alors que les sommes en question partent du « Crédit Foncier Monégasque », banque chez qui Vinokourov est client, en direction de la la BSI de Locarno (Suisse), banque chez qui un certain Kolobnev est client. Pour sa défense, Vinokourov a toujours justifié ces versements comme étant de simples prêts à un ami.

L’étau se resserre, les preuves s’accumulent

Au fur et à mesure que l’enquête progresse, les zones d’ombre se font de plus en plus nombreuses. Les enquêteurs découvrent, sur le compte en banque de Vinokourov, un versement de 150.000 € qui provient de la Fédération Cycliste de la République du Kazakhstan. Une prime curieusement identique aux versements reçus par Kolobnev quelques semaines auparavant. La justice belge possède également plusieurs échanges de mails écrits entre Vinokourov et Kolobnev. Par exemple, le 26 avril 2010, soit le lendemain de la Doyenne, Kolobnev écrit à Vinokourov. « Je te rappelle que j’avais de bonnes chances, je ne sais pas si j’ai bien fait. Je vais attendre patiemment pour voir si tout cela n’était pas vain. » Et d’y ajouter ses coordonnées bancaires. Le 18 mai 2010, Vinokourov répondait à Kolobnev : « Ne t’inquiète pas. Tu as fait tout ce qu’il fallait. »

Vinokourov contre-attaque et se dit victime d’un piratage

Début décembre 2013, le groupe de presse belge « Sudpresse » révélait alors que, lors de son audition à Liège, Alexandre Vinokourov accusait directement le directeur financier de chez Astana, en la personne de Aïdar Makhmetov. Il l’accusait d’avoir piraté sa messagerie  et ce, dans le dessein de monter un faux dossier de corruption. S’en suivait une plainte de la part de Vinokourov, contre X, pour piratage informatique. On est en droit de se demander la raison pour laquelle la plainte de « Vino » intervient plus de trois ans après les faits.

Et maintenant, quelle sera la suite?

Ce lundi, on apprend que le parquet réclame le renvoi des deux cyclistes devant le tribunal correctionnel de Liège. La décision sera connue vendredi prochain. L’avocat de Vinokourov a indiqué que « des devoirs complémentaires à décharge sont encore en cours et n’ont pas été effectués. Il n’y a pas beaucoup d’éléments dans le dossier. Les indices sont très maigres. Si le dossier devait être renvoyé devant le tribunal correctionnel, c’est avec sérénité que nous pourrions nous y présenter« . A noter qu’Alexandr Kolobnev n’était pas présent ou représenté pour se défendre. Seul l’avocat d’Alexandr Vinokourov le représentait et a plaidé le classement sans suite de l’affaire. L’épilogue de cette rocambolesque affaire devrait, selon toute vraisemblance, être bientôt connue.

Le fameux dernier kilomètre de l’édition 2010 de Liège-Bastogne-Liège

Tout savoir du Giro d’Italia 2017, ici

 

 

 

Alexandre PEETERS

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.