Anna van der Breggen championne du monde sur route 2018 à Innsbruck
A 28 ans, Anna van der Breggen a remporté son tout premier sacre mondial à Innsbruck, en Autriche. Photo : D.R
148 Partages

La Néeerlandaise Anna van der Breggen est devenue samedi championne du monde de cyclisme sur route à Innsbruck, en Autriche. La jeune femme (28 ans), habituellement sociétaire de l’équipe Boels-Dolmans Cycling Team, succède ainsi à sa compatriote Chantal Blaak. Après le succès de Annemiek Van Vleuten dans le contre-la-montre, les Pays-Bas ont de nouveau réalisé une main mise sur l’épreuve en ligne, Anna van der Breggen réalisant la course parfaite. Edwige Pitel, 38e (+8’18) a terminé première française.

A LIRE : Ne rien manquer de l’actualité des Mondiaux d’Innsbruck

La démonstration d’Anna van der Breggen

La championne olympique a attaqué dans la montée d’Igls à 42 kilomètres de l’arrivée pour revenir rapidement sur les échappées du jour, un groupe composé notamment de Corinne Rivera (USA), et d’Amanda Spratt (Australie). Une fois en tête de la course, la Néerlandaise a accéléré pour partir en solitaire vers le titre mondial. Seule l’Australienne Amanda Spratt a résisté avant de céder à 1 km du sommet. Il restait alors 39 kilomètres à parcourir pour qu’Anna van der Breggen aille chercher la victoire. La sprinteuse Corinne Rivera (USA) a également tenté de s’accrocher mais ne réussit pas à se maintenir en 3e position. L’équipe des Pays-Bas, une fois van der Breggen en tête, s’est désintéressée de la course, Annemiek Van Vleuten laissant sa chance à sa compatriote.

L’Australienne Amanda Spratt a réussi à se maintenir en seconde position pour aller chercher la 2e place et la médaille d’argent à plus de 3 minutes de la Néerlandaise.
Derrière, un groupe de 4 coureuses composé de Karol-Ann Canuel (Canada), Tatiana Guderzo (italie), Emilia Fahlin (Suède) et Malgorzata Jasinska (Pologne) se mis en marche pour tenter d’aller chercher une place sur le podium. L’Italienne Guderzo, championne du monde en 2009, réussi à s’échapper en solitaire de ce groupe pour prendre la médaille de bronze.

Anna van der Breggen en devenant championne du monde, réalise une saison 2018 exceptionnelle durant laquelle elle a notamment remporté le Tour des Flandres, la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège.

148 Partages
Simon Abers

1 commentaire

  1. A. Van der Breggen succède à sa compatriote C. Blaak, ceci après la victoire de Van Vleuten et le triplé néerlandais dans le contre la montre… Aucune surprise en cela ! En Hollande, on roule à vélo, et dès le plus jeune âge !… Les trois frères et la sœur de la championne du monde font du vélo !… Voyez les, même en France, ces vaillants hollandais, chevauchant leurs hautes machines et moulinant la campagne par tous les temps, souvent chargés comme des mulets, avec sacoches et sac à dos… Et puis la Hollande, ce sont de vrais aménagements pour les cyclistes, des pistes cyclabes, etc… Vous les avez vu les pistes cyclabes en France, lorsque vous arrivez à en trouver une ? Le plus souvent des raccrocs de bouts de trottoirs pensés après la messe, des rebus de bas-côtés ensemencés de verres, graviers et gravillons ou de diverses ordures, quand vous n’y êtes pas arrétés par la famille en ballade avec l’animal de compagnie, en laisse ou pas, le plus souvent par des gens qui se foutent totalement de vous laisser votre passage, un peu comme la multitude des chauffards ou des provocateurs de la bagnole… Le vélo en France ? Un désir de se déplacer en balbutiement… Le cyclisme sur route ? Un sport en totale perte de vitesse, sans intérêt pour une jeunesse qui a autre chose à faire ! Il y a que des vieux à vélo ! … Revenons à la course pour justifier le propos : E. Pitel, 51 ans, meilleure française, loin des premières.. Quoi qu’il en soit félicitations bien entendu à E.Pitel pour sa belle course et son courage, à cet âge inhabituel en compétition et sur ce circuit si exigeant.
    Le mérite revient à ce championnat du monde disputé sur un parcours indiscutable de ne pas laisser place aux discours d’illusionnistes. Il reste ce paradoxe contredisant le propos précédent, le niveau de cette équipe de France élite hommes.. La victoire d’un français sur le championnat élite homme permettrait d’entretenir le mensonge et le rêve sur le niveau du cyclisme français sur route.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.