Benjamin Thomas champion de France du chrono
Benjamin Thomas a dominé le chrono. Photo : @FFCyclisme
356 Partages

A l’occasion de l’épreuve chronométrée aux championnats de France, Benjamin Thomas (Groupama-FDJ) a survolé les débats. Il s’est imposé avec plus d’une minute sur son plus proche poursuivant Stéphane Rossetto (Cofidis Solutions Credits), alors que Julien Antomarchi (Natura4Ever – Roubaix Lille Metropole) a terminé sur la troisième marche du podium.

La consécration est arrivée. A 23 ans, Benjamin Thomas est devenu pour la première fois champion de France dans l’exercice du contre-la-montre. Un titre décroché de belle manière en maîtrisant parfaitement son sujet et en ne laissant aucune chance à la concurrence. Parti sur un bon rythme qu’il a su maintenir jusque dans le final, le coureur de Groupama-FDJ est parvenu à creuser de sacrés écarts.

Avec un temps de 58 minutes 54 secondes sur la ligne d’arrivée après 47,1 kilomètres, le nouveau porteur du maillot tricolore a battu d’une minute et neuf secondes Stéphane Rossetto et d’une minute et quarante-sept secondes Julien Antomarchi. Classé cinquième, Rémi Cavagna (Deceuninck – Quick Step) a longtemps été en mesure de disputer le titre à Benjamin Thomas avant de craquer totalement dans la dernière portion du parcours. A noter que le double tenant du titre, Pierre Latour pas à son meilleur physiquement a fini 14e à quatre minutes seize secondes du vainqueur.

 

356 Partages
Maxime BOUHIER
26 ans - rédacteur TodayCycling.

1 commentaire

  1. La photo d’arrivée n’est pas la plus avantageuse pour Benjamin Thomas bien que témoignant de l’éprouvante épreuve que fut ce championnat où la grande chaleur fut le plus sérieux adversaire de la plupart des concurrents. La victoire revient fort justement au jeune et talentueux B.Thomas, lequel sut fort bien convertir l’avantage que lui confère l’économie d’un beau style venu de la piste, allié à une souplesse bien personnelle et à l’usage modéré des grands rapports. Beau podium finalement, où l’on retrouve trois valeureux coureurs, aussi discrets que généreux dans l’effort, ceci en toutes circonstances, les conditions météo combinées à la rigueur de l’épreuve du chrono finissant de reléguer les têtes d’affiches ou présentées comme telles, la plupart d’entre elles ayant d’ailleurs préféré rester à l’ombre.
    Très belle lutte également chez les féminines avec la victoire de C. Eraud, un succés assez héroique en effet, tant les températures excessives nous donnèrent droit à un espace d’arrivée aux images assez singulières, des concurrentes écroulées sur les trottoirs, d’autres étendues à même l’asphalte, certaines exténuées s’affalant dans les fossés ou sur les bas-côtés, etc… La Cordon-Ragot avait beau nous laisser croire que la plus forte n’avait pas forcément gagné qu’arrivée sous la tente elle n’en bascula pas moins elle aussi par l’avant , si bien que nous crûmes parfois assister avec ces jeunes femmes à certaines scènes d’un film de Tati ! Pas du tout, nous vivions seulement ce sport si exigeant qu’est le vélo par forte canicule, dans le réel à la Haye Fouasse hier. Une sévère canancule, comme dans toute la Frice.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.