Julian Alaphilippe et Dan Martin sur la Flèche Wallonne 2016. Photo : Etixx-Quick Step.
Julian Alaphilippe et Dan Martin sur la Flèche Wallonne 2016. Photo : Etixx-Quick Step.
0 Partages
Le tour de Julian Alaphilippe viendra
Vous avez aimé ?

Quelle performance encore une fois de Julian Alaphilippe ! À peine 23 ans et déjà deux places d’honneur sur la Flèche Wallonne, et pas derrière n’importe qui. Alors il doit encore confirmer ses performances ces prochaines  années. Malgré Tout le coureur d’Etixx-Quick Step a un avenir déjà tout tracé sur les routes vallonnées de Belgique.  

L’homme a prouvé qu’il possède déjà toutes les qualités requises pour se faire un nom dans le milieu. Humble, il sait se muer en équipier de luxe lorsque le besoin s’en fait sentir, comme sur la Flèche Brabançonne par exemple quand il se plie en quatre pour le Tchèque Petr Vakoc, sans doute l’une des révélations de l’année. Il sait également prendre sa place de leader au milieu d’équipiers ayant déjà un palmarès bien fourni, à l’image du sympathique irlandais Dan Martin. Evidemment seule la victoire compte. Malheureusement ce mercredi il était un niveau en dessous d’un Alejandro Valverde encore une fois phénoménal, et surtout d’une équipe Movistar impressionnante. Honnêtement, personne aujourd’hui n’était en mesure d’empêcher le Murcian d’entrer dans la légende. Par contre, pour ce qui est à  retenir c’est que Valverde n’est pas éternel et qu’ Alaphilippe n’est pas encore arrivé à maturité. Alors oui, son tour viendra, à n’en pas douter !

Patrick Lefévère a fait parler sa mauvaise foi en ce début de saison au sujet d’Arnaud Démare par exemple au soir de sa victoire sur Milan-San-Remo. Pourtant, le manager belge est un homme influent dans le milieu, et surtout un dénicheur de talent. Il sait à juste titre enrôler le bon coureur au bon moment, à l’image de l’Allemand Marcel Kittel ou encore dénicher les futurs jeunes talents, tel que Petr Vakoc ou Julian Alaphilippe. Alors oui il a du mal à composer et se perd souvent au niveau du coureur à qui il fait bénéficier du statut de leader, mais tout de même, il possède un pouvoir inné de déduction. Souvenez-vous, l’hiver 2001 lorsque tout le monde traitait un certain Richard Virenque comme un pariât. Un seul homme  lui a tendu la main.

En ce jour de Flèche Wallonne, Patrick Lefévère souhaitait renouer avec la solide réputation d’Etixx-Quick Step sur les classiques un peu ternie ses derniers temps, la formation n’étant pas toujours dans le bon rythme et ayant du mal à conclure. Elle se présentait mercredi matin avec trois leaders. Encore une fois. Était-ce trop ? Oui et non puisque le Tchèque Petr Vakoc semblait avoir dépassé son pic de forme, se faisant lâcher assez loin de l’arrivée. Restait donc à déterminer qui de Dan Martin, vainqueur de Liège-Bastogne-Liège 2013, ou de Julian Alaphilippe serait l’unique leader. La stratégie était toute trouvée comme l’explique le Français : « Je devais rester prêt de Dan pendant toute la course. Notre but était que Dan commence a attaquer une première fois dans le Mur de Huy comme lui seul sait le faire. Moi je devais rester dans la roue de Valverde et essayer de le suivre ». Il semblerait que cette fois Etixx-Quick Step ait misé sur le bon cheval, sans obtenir toutefois la victoire tant attendue.

Et que dire de Dan Martin. Encore une recrue version 2016. L’Irlandais savait que son « punch » ne suffirait pas à battre Alejandro Valverde comme il l’a expliqué lui même sur le site internet de son équipe : « Nous savions que nous ne pourrions pas battre Alejandro sur les 100 derniers mètres. C’est pour cela que nous avons décidé d’anticiper aux 300 mètres. J’ai tenté d’attaquer de loin alors que Julian devait reste dans la roue de Valverde ». En plus les deux coureurs semblent s’entendre à merveille et surtout  avoir tissé des liens amicaux. Alors la formation belge est certes passée un peu à côté niveau résultats, mais un groupe solide semble se nouer où chacun s’entraide tour à tour.

0 Partages
Antoine BARTHELEMY
Passionné par la route. Inconditionnel du cyclo-cross. Pratique le cyclisme sur route de manière assidue depuis plusieurs années. Tente de ressembler à son idole Fabian Cancellera (la puissance en moins).

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.