Mathieu van der Poel remporte le GP Sven Nys devant Wout van Aert

1
821
Mathieu van der Poel démarre au mieux l'année 2021
Mathieu van der Poel gagne cette fois son duel l'opposant à Wout van Aert.

Au GP Sven Nys, cinquième manche du X²O Badkamers Trofee, Mathieu van der Poel a fait parler sa supériorité. Si le champion du monde en titre n’a pas non plus dominé, il s’est offert une victoire importante devant son grand adversaire Wout van Aert. Un podium de haute levée complétée par Thomas Pidcock, qui a longtemps rivalisé avant de craquer dans le final.

Mathieu van der Poel commence l’année comme il avait terminé la précédente. Avec la présence de tous les meilleurs mondiaux sur le GP Sven Nys, à la différence de Bredene, Mathieu van der Poel a décroché un joli succès. Il a fallu être suffisamment costaud pour y parvenir, car Wout van Aert qui l’avait largement battu à Dendermonde en Coupe du monde, Tom Pidcock et Eli Iserbyt pour ne citer que les quatre premiers du jour ne lui ont pas rendu la tâche facile.

La belle gestion de course de Mathieu van der Poel

La première partie de course a été clairement serrée et indécise. Corné van Kessel, Quinten Hermans qui avaient pris un très bon départ puis Tom Pidcock et Wout van Aert se sont retrouvés en tête. Mais aucun d’entre eux a véritablement creusé un écart avec les poursuivants. Par contre, Mathieu van der Poel est parvenu à faire la différence au moment de se retrouver en tête. Que ce soit van Aert, Pidcock, Iserbyt et Vanthourenhout qui étaient juste derrière lui, ils n’ont pas réussi à tenir sa cadence.

Si Mathieu van der Poel a fait la différence à un moment donné, ça n’a pas été un cavalier seul. Son dauphin Wout van Aert restera finalement assez proche sans être complètement décroché. D’ailleurs, ils n’ont été séparés que par six secondes sur la ligne d’arrivée. Complétant le top 5, Pidcock, Iserbyt et Vanthourenhout dans cet ordre sont arrivés à peine à plus de 30-40 secondes.

Victoire finale en vue pour Eli Iserbyt ?

A noter que cette course comptant pour le X²O Badkamers Trofee a permis à Eli Iserbyt d’effectuer une très bonne opération. A trois manches de la fin, il paraît fort probable que le champion d’Europe en titre s’impose au classement général final tant son avance est importante. Avec, il faudrait un incroyable retournement de situation pour le voir s’incliner. Plus loin, en raison d’absences sur les deux première manches, van der Poel et van Aert respectivement 6e et 7e ne pèsent pas dans ce classement.

Classement GP Sven Nys 2021 – Top 10

1 – VAN DER POEL Mathieu (Alpecin-Fenix) en 1:00:18
2 – VAN AERT Wout (Team Jumbo-Visma) + 0:06
3 – PIDCOCK Tom (Trinity Racing) + 0:32
4 – Iserbyt Eli (Pauwels Sauzen-Bingoal) + 0:41
5 – Vanthourenhout Michael (Pauwels Sauzen-Bingoal) + 0:46
6 – Aerts Toon (Baloise Trek Lions) + 1:10
7 – van der Haar Lars (Telenet trek Lions) + 1:59
8 – van Kessel Corné (Tormans CX Team) + 2:21
9 – Sweeck Laurens (Pauwels Sauzen-Bingoal) + 2:35
10 – Hermans Quinten (Tormans CX Team) + 2:42

Classement général X²O Badkamers Trofee (5/8) – Top 10

1 – ISERBYT Eli (Pauwels Sauzen-Bingoal) en 5h00:22
2 – VANTHOURENHOUT Michael (Pauwels Sauzen-Bingoal) + 3:27
3 – AERTS Toon (Telenet Trek Lions) + 3:33
4 – van der Haar Lars (Telenet Trek Lions) + 3:50
5 – Hermans Quinten (Tormans CX Team) + 6:04
6 – van der Poel Mathieu (Alpecin-Fenix) + 7:40
7 – Van Aert Wout (Team Jumbo-Visma) + 7:55
8 – van Kessel Corné (Tormans CX Team) + 8:08
9 – Sweeck Laurens (Pauwels Sauzen-Bingoal) + 8:28
10 – Kamp Ryan (Pauwels Sauzen-Bingoal) + 11:01

1 COMMENTAIRE

  1. Circuit idéal pour Van der Poel, multiple vainqueur à Baal, les parties techniques ou à grande vitesse lui permettant de prendre l’ascendant sur ses adversaires, de part sa grande fluidité dans l’effort. Au contraire, Van Aert s’y retrouva moins à son aise, peu enclin à des prises de risques maximum ou sa puissance le faisant parfois sortir au large, sa force de routier sautant par contre aux yeux sur les parties asphaltées…
    Ce cyclo-cross permettait de mieux distinguer les forces ou les faiblesses de chacun, comme pour Pidcock, capable de fulgurances et auteur de séquences de course ultra-rapides mais manquant quelque peu de constance, ou bien Iserbyt à son aise dans ce circuit de relances. Le jeune belge se trouvait là à un niveau assez surprenant malgré sa récente chute de Zolder, ses douleurs ou blessures semblant s’être subitement envolées avec le nouvel an… Qu’il en soit ainsi pour tous !… Comme le dit Verlaine, « Et l’amour comblant tout, hormis La faim, sorbets et confitures Nous préservent de courbatures ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.