Tour de France Hommes : Le parcours 2023 HD

6
526
Tour de France Hommes le parcours 2023 HD
Photo : @ASO_TDF2023

La présentation du parcours Tour de France Hommes 2023 a eu lieu depuis le Palais des Congrès de Paris ce jeudi 27 octobre. Les coureurs s’élanceront le 1er juillet de Bilbao (Pays-Basque) en Espagne pour 21 étapes et 3.404 kilomètres de course. Au programme, pas moins de 8 étapes de montagne dont 4 arrivées au sommet au cours desquelles Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) remettra son titre en jeu. L’arrivée de cette 110e édition aura lieu le 23 juillet avec une 21e étape disputée entre Saint-Quentin-en-Yvelines et Paris-Champs-Elysées.

Les 21 étapes du Tour de France Hommes 2023

Etape 1 : Bilbao – Bilbao (182 km)

Etape 2 : Vitoria-Gasteiz – Saint-Sébastien (209 km)

Etape 3 : Amorebieta-Etxano – Bayonne (185 km)

Etape 4 : Dax – Nogaro (182 km)

Etape 5 : Pau – Laruns (165 km)

Etape 6 : Tarbes – Cauterets-Cambasque (145 km)

Etape 7 : Mont-de-Marsan – Bordeaux (170 km)

Etape 8 : Libourne – Limoges (201 km)

Etape 9 : Saint-Léonard-de-Noblat – Puy de Dôme (184 km)

Etape 10 : Vulcania – Issoire (167 km)

Etape 11 : Clermont-Ferrand – Moulins (180 km)

Etape 12 : Roanne – Belleville-en-Beaujolais (169 km)

Etape 13 : Châtillon-sur-Chalaronne – Grand Colombier (138 km)

Etape 14 : Annemasse – Morzine Les Portes du Soleil (152 km)

Etape 15 : Les Gets Les Portes du Soleil – Saint-Gervais Mont Blanc (180 km)

Etape 16 : Passy – Combloux (22 km)

Etape 17 : Saint-Gervais Mont Blanc – Courchevel (169 km)

Etape 18 : Moûtiers – Bourg-en-Bresse (186 km)

Etape 19 : Moirans-en-Montagne – Poligny (173 km)

Etape 20 : Belfort – Le Markstein Fellering (133 km)

Etape 21 : Saint-Quentin-en-Yvelines – Paris Champs-Elysées (115 km)

6 Commentaires

  1. La première chose qui m’a surpris sur ce tracé , c ‘est l’absence d’un passage en Bretagne . Les Bretons sont Punis , deux années de rang sans le Tour , extraordinaire … La deuxième chose c ‘est l’arrivée à mon volcan favori le puy de Dôme . Enfin il est revenu le coquin . Ignoré depuis tant d’année le voilà enfin . En espérant qu’il reste calme . On passe dans tous les massifs montagneux de France , les Grimpeurs sont à la fête, super avec beaucoup d’arrivées en altitude . Qui va venir , Pogacar certainement le couteau entre les dents , Vingegaard probablement mais sur le bout des roues , Evenepoel tout le monde lui dit de faire le Giro , mais attention pas facile d’enfiler la botte italienne et il sera le favori . Mais s’ il vient sur le Tour c ‘est le troisième larron qui peut tirer les marrons à tout moment . C’est l’empêcheur de tourner en rond et super Belge est un as du contre-pied ( normal pour un ancien footeux ) enfin de contre roue pourrait-on dire . Une dernière chose un contre la montre , un seul qui n’avantagera pas les purs rouleurs , trop pentu . Cela reste un Tour typé Montagne russe ( heu pas bon ) . On verra pas la Mer , mais on verra  » encore Paris et son maire . Franchement elle ne sert à rien cette étape . Un critérium ou on boit du Champagne en vélo ( anti dopage alcoolémie ) qui finit comme le 14 juillet pour sprinters . Il parait que c’est la ville Lumière sous la lueur des bougies , non ? Si si bientôt …

  2. Curieux tracé en effet pour ce Tour de France d’appellation galvaudée car il y a déjà bien longtemps que l’organisation ne se soucie plus du « tour de la France », pourtant le meilleur moyen d’enraciner le Tour sur la terre de France, en lui préservant son aspect populaire, au plus près du public… En fait, ça a commencé à se dégrader en 68 ! Cette année-là, le Tour oublie le sud-est; et puis l’édition 69 sonne le glas, le grand ouest est oublié, et c’en est fini du tour de la France !…
    Mais le Tour voudrait ne pas trop oublier son passé; Bayonne, Dax, Bordeaux, André Darrigade, 93 ans, doit s’en frotter les yeux… Ce ne sera plus la piste de Lescure, simplement les quais de Garonne, mais le Tour revient à Bordeaux, comme il retrouvera bien sûr les quais enjolivés et crasseux des bords de Seine pour son habituelle et bien morne dernière étape…
    Beaucoup de montagne et un seul chrono qui monte, l’organisation a pensé à ceux qui préfère la montagne et en a donc plus ou moins négligé Evenepoel, contrairement au giro qui offre trois contre-la-montre au jeune belge… Pogacar, Evenepoel, etc…, à chacun son Tour…

  3. Le tour 2023 . Une traversée de la france en diagonale . A espérer qu ‘elle ne soit pas celle du fou . Les grimpeurs et autres puncheurs vont être à la fête . C’est bien pour notre spectacle de juillet.

  4. Un parcours équilibré, avec plusieurs étapes insipides pour les sprinteurs, de belles étapes de très moyenne montagne pour puncheurs / échappées, de la haute montagne pour grimpeurs.
    Par contre le vélo des légendes des années 60, n’est plus celui de maintenant. A mon sens la route du puy de dôme, étant maintenant réduite de plus de moitié, le parcours n’étant pas assez sélectif avant,
    200 coureurs au pied, il va y avoir comme un bouchon. Et ça ne sera pas un bouchon de champagne, qu’il faudra attendre la dernière étape, pour faire « sauter ».
    Le tour sera « joué » bien avant l’avant dernière étape, qui n’a que l’intérêt de réduire le fameux transfert, du critérium parisien de clôture.

  5. La dernière étape, en ne comptant pas celle des Champs Elysées qui ne veut plus rien dire, se déroulera sur les routes Vosgiennes. Ma remarque porte sur les derniers kilomètres de l’étape. Après la dernière difficulté, le col de Platzervazel, le final se joue sur quelques kilomètres en faux plat jusqu’à l’arrivée au Markstein.
    Dommage, car il y avait mieux à faire en organisant l’arrivée au sommet du Hohneck, 1362 m. Pour cela, à la sortie du Platzervazel, prendre à droite sur la route des Crêtes au lieu d’aller à gauche au Markstein. Quelques km plus loin, à gauche pour descendre en direction de la Bresse. Au croisement de la route de la Vologne à droite direction Belle Hutte, puis un peu plus loin à droite pour rejoindre Le Hohneck par la route de Blanchemer, et là, une vraie difficulté jusqu’à l’arrivée avec 550 m de dénivelé et des pentes de plus de 11% à certains endroits. Le sommet du Hohneck permet l’installation pour recevoir une arrivée.
    Cela dit, le Markstein est très accessible pour les spectateurs, beaucoup plus facile que La Planche des Belles Filles. Je pense qu’il faudra attendre les pentes du Petit Ballon pour voir la course se durcir. L’enchainement Petit Ballon-Platzevazel sans un mètre de plat pour récupérer est intéressant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.