Alexander Kristoff a été le plus costaud sur la première étape du Tour d'Abu Dhabi. - Photo : Abu Dhabi Tour.

Alexander Kristoff (UAE-Team Emirates) a remporté l’étape inaugurale de l’Abu Dhabi Tour ce mercredi. Tout en puissance, le Norvégien a dominé ses adversaires pour s’adjuger sa deuxième victoire de la saison après son succès sur la dernière étape du Tour d’Oman dimanche dernier. Avec ce succès il s’empare du maillot rouge de leader. Andrea Guardini (Bardiani) et Caleb Ewan (Mitchelton-Scott) complètent le podium.

Alexander Kristoff trop fort sur la première étape du Tour d’Abu Dhabi

Première participation et première victoire. Alexander Kristoff ne pouvait pas rêver mieux. Le Norvégien s’est facilement imposé sur la première étape du Tour d’Abu Dhabi ce mercredi. Le sprinteur de la formation UAE-Team Emirates a été le plus costaud et a mis toute sa puissance à 200 mètres de la ligne d’arrivée pour conserver son avantage jusqu’à la fin. Il devance le surprenant Andrea Guardini (Bardiani) et Caleb Ewan (Mitchelton-Scott). Pour Alexander Kristoff, c’est son deuxième succès de la saison en l’espace de quatre jours. Il s’était adjugé la dernière étape du Tour d’Oman dimanche dernier. Le champion d’Europe est donc en très grande forme et confirme qu’il faudra compter sur lui. Avec cette victoire, il s’empare logiquement du maillot rouge de leader. Le sprinteur norvégien aura d’autres occasions de gagner lors des deux prochaines étapes réservées aux costauds du peloton.

Une échappée de cinq coureurs dès le départ

Cette étape de plat était réservée aux sprinteurs. Mais cinq hommes ont décidé de tenter leur chance. Vincenzo Albanese (Bardiani), Damiano Caruso (BMC), Nikolay Trusov (Gazprom-Rusvelo), Charles Planet (Novo Nordisk) et Toms Skujins (Trek-Segafredo) ont tout de suite pris la poudre d’escampette. Ils ont compté jusqu’à quatre minutes d’avance mais le peloton ne leur a pas laissé plus. Toms Skujins s’est relevé le premier à 40 kilomètres de l’arrivée. Voyant l’écart se réduire, Charles Planet tente une attaque qui fonctionne à 30 kilomètres de la fin, mais il est suivi par Damiano Caruso. Les deux hommes arrivent à avoir 1’23 » d’avance sur le peloton. Le Français, fatigué, se relève à ce moment là laissant l’Italien seul. Ce dernier tient sur sept kilomètres avant de se voire repris. La suite a été plus calme avec les trains des différentes formations qui ont essayé d’emmener leurs sprinteurs pour jouer la gagne. C’est finalement Alexander Kristoff qui a été le plus fort.

Une étape marquée par la chute de Mark Cavendish

Alors que le départ réel de l’étape n’avait pas encore été donné, Mark Cavendish s’est retrouvé à terre. Le Britannique, touché, a dû abandonner. Un coup dur pour son équipe de la Dimension Data qui comptait sur son sprinteur pour jouer les victoires d’étapes. La formation sud-africaine a craint au début qu’il ne soit tombé sur la même épaule que lors du Tour de France. Mais pas de fracture pour Mark Cavendish. Les premiers examens ont montré qu’il avait subi une commotion cérébrale et une blessure cervicale comme l’a détaillé son équipe dans un communiqué. Dans un état stable, il reste sous surveillance. On lui souhaite un bon rétablissement.

Vidéo – Résumé de la première étape du Tour d’Abu Dhabi

Classement de la première étape du Tour d’Abu Dhabi – Top 10

1. Alexander Kristoff UAE-Team Emirates 4h48’24 »
2. Andrea Guardini Bardiani  »
3. Caleb Ewan Mitchelton-Scott  »
4. Elia Viviani Quick-Step Floors  »
5. Daniel McLay EF Education First-Drapac Cannondale  »
6. Niccolo Bonifazio Bahrain Merida  »
7. Michael Bresciani Bardiani  »
8. Danny Van Poppel LottoNL-Jumbo  »
9. Rudy Barbier AG2R-La Mondiale  »
10. André Greipel Lotto-Soudal  »

Classement général du Tour d’Abu Dhabi après la première étape – Top 10

1. Alexander Kristoff UAE-Team Emirates 4h48’24 »
2. Andrea Guardini Bardiani à 4 »
3. Caleb Ewan Mitchelton-Scott à 6 »
4. Nikolay Trusov Gazprom-RusVelo  »
5. Vincenzo Albanese Bardiani  »
6. Toms Skujins Trek-Segafredo à 7 »
7. Damiano Caruso BMC à 9 »
8. Elia Viviani Quick-Step Floors à 10 »
9. Daniel McLay EF Education First-Drapac Cannondale  »
10. Niccolo Bonifazio Bahrain Merida  »
Etienne Tauveron
Je me présente (c'est à ça que sert cette petite case), moi c'est Étienne, 27 ans, jeune journaliste en possession d'un Master en journalisme sportif obtenu à l'EDJ de Nice en 2017. J'ai donné mon premier coup de pédale sur Today Cycling en novembre 2017. Je suis un passionné de sport en général : rugby, foot, Formule 1, basket-ball,... tout y passe ou presque. Auvergnat (plus précisément Bourbonnais), je suis un supporter de Romain Bardet, Julian Alaphilippe et Rémi Cavagna. Les autres coureurs français ont mon soutien aussi, quand même !

2 commentaires

  1. Alexander Kristoff s impose sur la première étape super ………… Il court dans l’équipe UEA donc à domicile super . La course , enfin l’entrainement dans un paysage dunaire , sous une chaleur de désert s’est déroulée pendant une grande partie de cette étape . La course a commencé réellement à quelques kilomètres de l’arrivée . Bon très bien , pourquoi pas . Beau sprint avec une belle avenue large . Pas de chute tant mieux . 190 kilomètres sous le soleil , tout plat , du sable partout , pas un buisson pour pisser encore moins un arbre . Un dromadaire au loin , seul signe de vie et des lignes droites sans fin . Désolant , moi cela me déprime . Bon tant mieux pour les coursiers , ils s ‘entrainent sous le soleil , le pays est riche, aucun pauvre , ils ont du sable plein les yeux , et sont déjà tous bronzés de haut en bas . ….. Je précise que j’en veux nullement au coureurs …. Demain idem et après demain aussi . Samedi 12 kilomètres dans un milieu urbain . A fond pour certains . Et dimanche course de côte . Une côte une belle je vous le dis . Une course de 10 kilomètres sans végétation , avec une arrivée sans neige bien sur ( quoique un miracle ou un mirage ) . Belle carte postale je vous dis du cycliste péninsulaire arabique . Bon après avoir dégoisé je vais me boire une bière maintenant , et une belge bien sur .

  2. Le cyclisme dit « moderne »: quasiment pas de spectateurs, c’est du « cyclisme-télé », vécu par l’entremise de la télévision… Heureusement presque qu’il ne s’y passe quasiment rien durant le parcours, à part une gamelle ici ou là et l’habituelle et déprimante « échappée pour rien » , car s’il y avait vraiment de la course, les coureurs n’en seraient pas gratifiés sur le terrain,, sans spectateurs , sans encouragements ou applaudissements à leur passage… Ce qui constitue une grande part de la compétition cycliste traditionnelle, populaire avant tout, n’ayant pas cours, autant supprimer la lutte….
    Il reste le sprint… Kristoff dans son exercice de prédilection, foncer bille en tête et appuyer le plus fort possible…Là, le petit Ewan le lance, sans le vouloir… C’est le monde à l’envers : depuis quand les petits emmènent les gros ?!… Viviani idéalement lancé, mais dans le paradoxe d’une équipe qui lance un sprinter qui a toujours préféré bondir de l’arrière ou s’infilter aux balustrades, comme Guardini sur cette arrivée… A noter à la septième place la présence du jeune Bresciani, équipier de Guardini à la Bardiani… Bresciani, nouvelle recrue de la Bardiani avait été ennuyé l’an passé, dès son arrivée, avec une histoire de dopage assez cocasse. Le coureur avait été finalement blanchi, chacun s’autorisant à penser que sa mère aurait laisser trainer de son diurétique au fond de la casserole au moment de lui préparer les pâtes, l’alimentation de base du cycliste italien… et du cycliste universel, comme chacun sait… A ce sujet, faut-il rappeler la leçon de l’affaire : si la Bresciani vous invite, les pâtes sont bonnes mais elle fait pas attention quand elle assaisonne, alors refusez l’invitation.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.