Alexey Lutsenko remporte en solitaire la 6e étape du Tour de France 2020
Alexey Lutsenko remporte en solitaire la 6e étape du Tour de France 2020. Photo : ASO
0 Partages

La 6e étape du Tour de France a vu la victoire d’Alexey Lutsenko (Astana) au sommet du Mont Aigoual. Le coureur Kazakh s’est imposé en solitaire grâce à l’échappée du jour. Sorti dans le col de la Lusette, il a résisté jusqu’à l’arrivée à Jesus Herrada (Cofidis), 2e. Derrière, Greg Van Avermaet a signé la 3e place. Adam Yates (Mitchelton-Scott) a conservé son maillot de leader malgré une petite accélération de Julian Alaphilippe à quelques hectomètres de la ligne.

Nicolas Roche lance les hostilités

Dès le baissé de drapeau, c’est Nicolas Roche (Sunweb) qui a mis le feu aux poudres. Très vite, il a été rejoint par Neilson Powless (EF Pro Cycling), Jesus Herrada (Cofidis), Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step), Greg van Avermaet (CCC Team), Edvald Boasson Hagen (NTT Pro Cycling), Daniel Oss (Bora-Hansgrohe) et Alexey Lutsenko (Astana Pro Team). Dans la première heure de course, la moyenne des coureurs a été de presque 52km/h. L’échappée a compté jusqu’à 6’30 d’avance.

Le Col de la Lusette fait la sélection

Dans l’échappée, il a fallu bien évidemment attendre que la route se cabre pour observer une première sélection. Powless, qui fêtait son anniversaire aujourd’hui, a secoué l’échappée dans le Col de la Lusette. A 4,5 km du sommet, ils n’étaient plus que deux à l’avant : Powless et Lutsenko. L’Américain a fini par exploser et a laissé le champion du Kazakhstan seul en tête. Dans le peloton, INEOS Grenadiers a pris la tête du peloton alors que Fabio Aru (UAE) a tenté sa chance, en vain.

Alexey Lutsenko fait cavalier seul

Au sommet de la Lusette, Lutsenko a franchi la ligne du grimpeur seul en tête. Le Kazakh comptait alors 3’30 d’avance sur le peloton à une dizaine de kilomètres de l’arrivée. Le pensionnaire de la formation Astana a assuré coup dans le Mont Aigoual, très roulant. Jamais inquiété, il est allé chercher sa première victoire sur le Tour de France à 27 ans. Dans le peloton, tout le monde est resté groupé et Adam Yates a conservé son maillot de leader.

0 Partages
Antoine BARTHELEMY
Passionné par la route. Inconditionnel du cyclo-cross. Pratique le cyclisme sur route de manière assidue depuis plusieurs années. Tente de ressembler à son idole Fabian Cancellera (la puissance en moins).

1 commentaire

  1. Nous sommes le 3 septembre, arrivée au sommet à Aigoual, plus de trente degrés au thermomètre, une échappée qui va au bout, étape finalement assez classique me direz-vous pour cette Vuelta 2020… Non, pardon, c’est le Tour de France… Eh oui, bien sûr !… Il n’y a qu’à voir la putte dans le leloton à l’arrière où nous pourrions davantage parler d’exercices d’approches ou d’une partie de castagnettes plus que d’une véritable castagne entre les différents leaders.. Les grandes manoeuvres débuteront sans doute ce week-end…
    L’étape valut essentiellement par cette harmonieuse échappée d’hommes forts à l’avant, une harmonie qui se désintégra sur le morceau final, le col de la Lusette, sous les coups de boutoirs de Lutsenko : Véritable bal de luxe and co, panne de batterie pour Van Averlaet dans la Musette, Herrada à l’accordéon, etc… Le lol de Cusette tint toutes ses promesses…
    Arrétons-nous par exemple sur Luis Herrada, l’espagnol de la Cofidis : Herrada, quelque peu en errance, qui recule en bas du col, qui recolle au cul des gars en recul, pour finalement se reprendre et voltiger sur le haut !… Personnellement, je vous avoue n’y être jamais arrivé, encore moins aujourd’hui, car évoluant toujours selon le processus inverse… Toujours est-il que l’allure du champion espagnol, ce permanent rictus de souffrance en montée, cette façon de dodeliner de la tête au rythme de chacun de ses coups de pédales, cette manière de pédaler comme dans un état second, toutes ces attitudes ont le don d’attirer mon attention et ma curiosité… Le voici second, une nouvelle fois battu par une casaque Astana, comme à l’arrivée de son dernier championnat national : L.L.Sanchez le devançait lorsqu’il fut trahi par un problème mécanique à cent mètres de la ligne… Malheureux champion ! La roue va bien finir par tourner pour Luis Herrada… Par ailleurs et entre autres résulltats, ex. double champion d’Espagne, faut-il le rappeler !..

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.