Geraint Thomas sera en concurrence avec son coéquipier Christopher Froome.
Geraint Thomas visera une seconde victoire consécutive sur le Tour. Photo : ASO / letour / A.Broadway
283 Partages
Geraint Thomas devient le nouveau patron du Tour de France
5 (100%) 6 votes

Entre Albertville et la Rosière, l’explication entre les principaux favoris a bien eu lieu. C’est Geraint Thomas (Team Sky) qui a surtout frappé un grand coup en s’imposant en solitaire lors de cette onzième étape. Attaquant dans la dernière ascension de la journée, le Gallois a décroché tous ses adversaires avant de passer Mikel Nieve (Mitchelton-Scott), dernier rescapé de l’échappé, à 400 mètres de la ligne d’arrivée. Grâce à cette victoire, il mène désormais le général devant Tom Dumoulin (Team Sunweb) et Chris Froome (Team Sky), qui ont terminé deuxième et troisième sur cette journée.

Geraint Thomas prend le maillot jaune

Une démonstration ! Team Sky avec Geraint Thomas et Chris Froome à un degré moindre a peut-être tué tout suspense dans ce Tour de France. Et pourtant, c’est seulement la deuxième étape de montagne qui vient d’être disputée. Mais l’équipe britannique a été clairement au-dessus du lot en écœurant un après l’autre les différents favoris. Si Alejandro Valverde (Team Movistar) et Tom Dumoulin (Team Sunweb) ont tenté leur chance, cela n’a pas suffi pour contrarier les plans de la formation dominante à l’heure actuelle de cette Grande Boucle.

Au départ comme c’était prévisible, une grosse échappée a pris les devants. Dans celle-ci, Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors), Warren Barguil (Fortuneo Samsic) étaient notamment présents. D’ailleurs, ces deux Français se sont battus pour le maillot à pois en prenant de nombreux points au sommet des différents cols. Passé en tête de la Montée de Bisanne (hors catégorie), Alaphilippe reste toujours leader de ce classement suivi de Barguil qui a franchi en première position le Col du Pré (hors catégorie) et le Cormet de Roselend (2e catégorie). Mais ils ont coincé dans cette étape, ne pouvant pas résister au retour des cadors du peloton. Un homme a pourtant failli réussir cet exploit. Mikel Nieve déjà vainqueur d’une étape lors du dernier Giro s’est fait rattraper tout proche de l’arrivée par Geraint Thomas. L’Espagnol a finalement terminé à la quatrième place. Un raid pas récompensé à la hauteur de l’effort produit.

La bagarre entre les favoris lancée

Alors que l’étape du Grand-Bornand n’a pas découlé sur la moindre attaque d’un favori mis à part Daniel Martin (UAE Team Emirates), aujourd’hui ils ont été plusieurs à se découvrir. D’abord, Alejandro Valverde a accéléré dans les derniers kilomètres du Col du Pré. Le coureur du Team Movistar aidé ensuite par son coéquipier Marc Soler a engrangé jusqu’à près de deux minutes d’avance sur le groupe des favoris avant de voir cet écart se réduire. Et finalement de se faire rattraper et distancer dans l’ascension de La Rosière. Tom Dumoulin, qui a attaqué dans la descente du Cormet de Roselend en compagnie de Soren Kragh Andersen a tenu jusqu’au bout quasiment. Seul Thomas lui est passé dans le final et il a fini 2e dans le même temps que Froome. Le Néerlandais est donc le coureur qui a le mieux résisté à la tornade Sky.

Autrement, les autres coureurs qui visent la victoire finale ou un podium ont perdu davantage de temps. Décrochés dans les derniers kilomètres, le groupe composé de Romain Bardet, Vincenzo Nibali, Primoz Roglic et Nairo Quintana s’est observé quasiment jusqu’au sommet. Pour eux, l’addition a été salée avec une perte de 59 secondes. Daniel Martin, le leader d’UAE Team Emirates, a limité un peu plus la casse en concédant 27 secondes. Sinon, les dégâts ont été encore plus importants. Pour ne citer qu’eux, Mikel Landa à 1 minute et 47 secondes, Alejandro Valverde à 3 minutes et 30 secondes, Jakob Fuglsang à 3 minutes et 53 secondes, Adam Yates à 4 minutes et 42 secondes ont perdu gros. Et que dire de Bauke Mollema, Rafal Majka, Rigoberto Uran, à la dérive totale, terminant respectivement à 11 minutes pour les deux premiers cités et à 26 minutes pour le Colombien. Un grand coup de balai a été effectué dans le deuxième opus alpestre. L’Alpe d’Huez, qui arrive dès demain, pourrait bien provoquer une nouvelle sélection de plus grande envergure encore.

283 Partages
Maxime BOUHIER
25 ans - Diplômé école de journalisme de Nice option sport - rédacteur TodayCycling. Passionné par l'information en général, dont le sport. Aime le cyclisme, foot, tennis, sports mécas, sports d'hiver,... Mes passions : cyclisme et course à pied (4 marathons).

2 commentaires

  1. Coucou les Sky sont là et bien en place . Avant il avait une tête , maintenant il en ont deux . Mais vont elles pas se bouffer entre elles ? va savoir …..

  2. Il était difficile d’imaginer un autre scénario pour cette étape. Et puis l’opposition à cette formation Sky y met du sien : Pourquoi Valverde attaque-t-il seul, si loin, alors qu’il est trop juste pour relayer son équipier Soler ? Pourquoi Nibali et Barhain grillent-ils les équipiers à aider les Sky dans la poursuite derrière Valverde ? Pourquoi D.Martin relaye t-il Froome pour que celui-ci le dépose 300 m plus loin ?… Pourquoi Bardet prend-il en chasse Thomas alors que son seul adversaire devrait être Froome ?… Le leader d’AG2R reconnaissait très sportivement son erreur, mais le staff n’a-t-il jamais été capable de lui dire ? … etc… Par contre, il n’y aurait vraiment rien à redire sur l’effort de Tom Dumoulin, avec ce superbe sursaut de champion prés de la ligne afin d’éviter un doublé Sky…
    La victoire de Thomas rappelait celle de Yates à Saint-Gervais sur le dauphiné, lequel avait littéralement crucifié Navarro enquête de succés à quelques mètres de la ligne… Cette fois-ci, c’est un autre britannique, un autre sadique, le sadique de la Rosaire qui a frappé une nouvelle fois, athomasant un autre ispagnol, son campagnon de chambrée de l’an passé, seulement coupable d’être parti avec la Michèle Ton, et irrémédiablement passé à deux encablures. Ensuite arriva l’escogriffe passé in extremis par Dumoulin. C’était tes cris. On l’avait senti venir. L’affaire semble entendue. La Sky est une énorme échine dans le pied de tous, et seule une mauvaise pute de froome semble en mesure de les contrarier.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.