Mattias Skjelmose Jensen conclut au sprint la 2e étape du Tour des Alpes-Maritimes et du Var

2
959
Mattias Skjelmose Jensen conclut au sprint la 2e étape du Tour des Alpes-Maritimes et du Var
Mattias Skjelmose Jensen s'est imposé avec plusieurs longueurs d'avance. Photo : @tour0683/Dylan Meiffret

Au terme de la deuxième étape du Tour des Alpes-Maritimes et du Var, Mattais Skjelmose Jensen (Trek-Segafredo) a eu le dernier mot en réglant au sprint un peloton réduit. Neilson Powless (EF Education-Easypost) a repris la deuxième place comme la veille alors que Kévin Vauquelin (Team Arkéa Samsic) reste toujours leader après sa troisième place.

Pas de chamboulement au classement général après la deuxième étape du Tour des Alpes-Maritimes et du Var. Pourtant, cette journée n’a manqué d’intérêt. Elle fut longtemps animée même si cela s’est terminé par un sprint en comité réduit remporté par Mattias Skjelmose Jensen.

A une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée, la formation EF Education-EasyPost a accéléré le rythme pour favoriser les plans de son leader Neilson Powless, deuxième au classement général. S’il y a eu une certaine sélection, tous les principaux favoris pour le général sont restés groupés. Ce même peloton a eu quelques difficultés pour revenir sur la tête de course occupée par Mathieu Burgaudeau (TotalEnergies), qui n’aura pas démérité. Mais l’une des dernières bosses du parcours, à moins de 10 kilomètres de l’arrivée, lui aura été fatale.

Dans les derniers kilomètres, Thibaut Pinot (Groupama – FDJ) est passé à l’attaque. Mais le peloton a veillé à ne pas le laisser filer. La victoire s’est alors disputée au sprint, où Mattias Skjelmose Jensen a démontré sa supériorité. Cela lui permet d’engranger dans le même temps des secondes de bonifications précieuses, même si le Danois reste encore à 27 secondes de Kévin Vauquelin. Et Neilson Powless s’est rapproché en reprenant 2 secondes au leader. Plus que 7 secondes les séparent. Tout reste à faire sur l’ultime journée de course avec une arrivée prévue à Vence.

Classement de l’étape 2

1 – SKJELMOSE Mattias (Trek – Segafredo) les 179,4 km en 4:06:19 (43,7 km/h)
2 – POWLESS Neilson (EF Education-EasyPost) m.t
3 – VAUQUELIN Kévin (Team Arkéa Samsic) m.t
4 – TURGIS Anthony (TotalEnergies) m.t
5 – THOMAS Benjamin (Cofidis) m.t
6 – GAUDU David (Groupama – FDJ) m.t
7 – VENTURINI Clément (AG2R Citroën Team) m.t
8 – WATSON Samuel (Groupama – FDJ) m.t
9 – BARDET Romain (Team DSM) m.t
10 – PICCOLO Andrea (EF Education-EasyPost) m.t

Classement complet

Classement général

1 – VAUQUELIN Kévin (Team Arkéa Samsic) en 8:29:12
2 – POWLESS Neilson (EF Education-EasyPost) + 0:07
3 – GENIETS Kevin (Groupama – FDJ) + 0:14
4 – PARET-PEINTRE Aurélien (AG2R Citroën Team) + 0:23
5 – SKJELMOSE Mattias (Trek – Segafredo) + 0:27
6 – TURGIS Anthony (TotalEnergies) + 0:39
7 – TIZZA Marco (Bingoal WB ) m.t
8 – BARDET Romain (Team DSM) m.t
9 – PICCOLO Andrea (EF Education-EasyPost) m.t
10 – WATSON Samuel (Groupama – FDJ) m.t

Classement complet

2 Commentaires

  1. Pinot qui démarre juste avant un virage . Gaudu qui ne passe aucun relais à Vauquelin dans le final . Hier les fdj absents des débats . qui n’est pas à la hauteur dans cette équipe les coureurs ou les ds ?

  2. Beau podium à l’étape, avec trois des premiers protagonistes de l’étoile de Bessèges. Le sprint de Skjelmose est assez fulgurant, et il passe la ligne avec plusieurs longueurs sur ses suivants; étonnant contraste entre le jump de Skjelmose et, par exemple, le sprint d’A.Turgis, 4é, pourtant bon sprinteur, mais qui parait « collé » à la route…
    Sur cette étape, et après son succès de la veille, K. Vauquelin a bien tenu le choc, malgré un maillot de leader nouveau pour lui et une équipe inférieure aux Trek ou EF, en restant au plus près des autres leaders, retenant sans doute la leçon de Bessèges où il laissa filer Skjelemose et Powless dans l’étape du Mont Bouquet… Et nous le vîmes même attaquer en fin de course, tentant de refaire le coup de la veille… La tentative échoua, en partie par la présence de D.Gaudu, demeuré attentif, mais littéralement « scotché » à la roue… Prenant le relais d’une première initiative de T. Pinot parti à 5 bornes et repris à 3,5, et en parfait spécialiste des arrivées sur le fiel, sans vouloir se donner trop de pine, en parfait « ratagasse », D. Gaudu, cette arrivée à Antibes, il la jouait à l’entube… Vauquelin en échoua, et lui aussi…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.