evaldas sikevicius arrivée portes fermés Paris-Roubaix 2018
Evaldas Siskevicius a terminé Paris-Roubaix une heure après Peter Sagan. Les portes étaient fermées à son arrivée au vélodrome. - Photo : La Flamme Rouge/D.R.
994 Partages
Le Paris-Roubaix du courageux Evaldas Siskevicius (Delko Marseille)
5 (100%) 4 votes

Evaldas Siskevicius (Delko Marseille) fait partie des coureurs qui n’ont pas terminé officiellement Paris-Roubaix ce dimanche. Pourtant, le Lituanien a bien franchi la ligne d’arrivée au vélodrome et a terminé l’Enfer du Nord, son objectif avant le départ, une heure après le triomphe de Peter Sagan.

Evaldas Siskevicius a terminé Paris-Roubaix à sa façon

Quelle abnégation, quelle envie ! C’est ce genre d’histoire qui nous font aimer le vélo. Ce dimanche sur Paris-Roubaix, Evaldas Siskevicius a fait preuve d’un courage sans faille. Le coureur lituanien n’apparaît pas dans le classement comme ayant terminé la course, mais il a bel et bien franchi d’arrivée au vélodrome de Roubaix, une heure après le vainqueur Peter Sagan. Il a expliqué ce qu’il s’est passé à nos confrères de Sporza, qui ont aussi fait une vidéo de son histoire (voir Tweet ci-après).

« Je n’aime pas abandonner ni à vélo ni dans d’autres choses dans la vie, ni à abandonner mon respect pour l’organisation, Paris-Roubaix est un Monument que vous devez honorer. Je suis venu au Vélodrome, l’organisation avait déjà commencé à fermer les portes, mais ils étaient tellement sympathiques qu’ils m’ont laissé entrer. De cette façon, je pouvais encore effectuer mon tour et demi sur la piste. » In de bezemwagen naar Roubaix: uit koers genomen Siskevicius weigert op te geven

Une histoire incroyable qui démontre toute la volonté des coureurs sur ces courses si particulières. Mais ce qui est le plus incroyable c’est le déroulement des choses pour Evaldas Siskevicius. À 40 kilomètres de l’arrivée, la voiture-balai était juste derrière lui. Attendant de voir si le Lituanien allait abandonner, une crevaison est survenue sur le secteur pavés du Carrefour de l’Arbre, il restait alors 17 petits kilomètres. Toujours avec sa volonté de terminer Paris-Roubaix, le coureur de Delko Marseille a voulu changer sa roue. Cela devait être son jour, car une voiture de sa formation, en panne, se trouvait sur une dépanneuse juste derrière. Sa roue changée, il est reparti. Après quelques kilomètres parcourus, le chauffeur de la voiture-balai lui a signalé qu’il devait le laisser car la course était finie. Le plus insolite, c’est qu’Evaldas Siskecicius a dû terminer en respectant le code de la route. Le genre d’histoire qui font le vélo.

994 Partages
Etienne Tauveron
Je me présente (c'est à ça que sert cette petite case), moi c'est Étienne, 27 ans, jeune journaliste en possession d'un Master en journalisme sportif obtenu à l'EDJ de Nice en 2017. J'ai donné mon premier coup de pédale sur Today Cycling en novembre 2017. Je suis un passionné de sport en général : rugby, foot, Formule 1, basket-ball,... tout y passe ou presque. Auvergnat (plus précisément Bourbonnais), je suis un supporter de Romain Bardet, Julian Alaphilippe et Rémi Cavagna. Les autres coureurs français ont mon soutien aussi, quand même !

1 commentaire

  1. Un bel exemple de courage….!
    Pour les organisateurs il est arrivé hors délais……..? (« il devait le laisser la course est fine »)

    Petit débrouille toi pour rentrer attention aux camions aux voitures et aux motos nous avons malheureusement déjà perdu un des notres aujourd’hui alors débrouille toi pour rentrer mais sois prudent.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.