Tour de France 2018 prise de pouvoir de Sagan
Sagan va laisser son maillot arc-en-ciel pour le jaune. Photo : @LeTour
388 Partages
Peter Sagan fait coup double au Tour de France 2018
5 (100%) 4 votes

Deuxième la veille lors de l’ouverture du Tour de France 2018, Peter Sagan (Bora Hansgrohe) a pris sa revanche. Vainqueur d’un sprint disputé en petit comité après une chute intervenue avant la flamme rouge, le triple champion du monde a devancé Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida), revenu fort dans les derniers mètres, et Arnaud Démare (Groupama-FDJ) a fini 3e. Cette victoire d’étape lui permet par la même occasion de prendre le maillot jaune de leader.

Peter Sagan gagne la 2e étape et prend la tête au général du Tour de France 2018

La journée parfaite. C’est ce qu’a connu Peter Sagan aujourd’hui sur les routes du Tour de France 2018. Vainqueur au sprint à la Roche-sur-Yon au bout d’un faux-plat montant, le Slovaque a su déjoué les pièges du final, contrairement à d’autres. En effet, à un kilomètre et demi environ de l’arrivée, une chute a eu lieu dans les premières positions du peloton provoquant une grosse cassure et laissant qu’une dizaine de coureurs en tête. Fernando Gaviria, le premier vainqueur d’étape, Michael Matthews, Christophe Laporte et d’autres sont allés au sol ou ont été retardés.

La bataille pour la victoire d’étape s’est donc faite avec un groupe réduit à sa plus simple expression, mais avec tout de même quelques tauliers du sprint mondial dont André Greipel, Alexander Kristoff et John Degenkolb. Tous battus, ils n’ont pas été en mesure de suivre la cadence imposée par Arnaud Démare, qui a lancé en premier avant de se faire déborder par Sonny Colbrelli et Peter Sagan. Le coureur de Bora Hansgrohe a signé au passage un neuvième succès sur le Tour de France, et cette série n’est certainement pas fini. Tout va bien pour le champion du monde en ce premier week-end de course.

Premiers abandons et quelques rebondissements

Si Peter Sagan se souviendra de ce 8 juillet 2018 comme une belle journée, d’autres coureurs n’en diront pas autant. Tsgabu Grmay (Trek-Segafredo) et Luis Leon Sanchez (Team Astana) ont même quitté la Grande Boucle à cause de douleurs abdominales pour l’Ethipien et d’une grosse chute pour l’Espagnol. Les conséquences ont été moins graves pour le leader de Mitchelton-Scott Adam Yates qui a chuté dans le final et a réussi à rentrer dans le peloton. Silvan Dillier (AG2R La Mondiale) a aussi goûté au bitume. Pour sa part, Marcel Kittel (Katusha Alpecin) n’a même pas disputé ses chances à cause d’une crevaison à huit kilomètres de l’arrivée. A l’image d’hier, cette étape de plaine aura été assez mouvementée. Preuve que sur chaque journée, le Tour peut basculer à n’importe quel moment.

https://twitter.com/LeTour/status/1015981150253273089

388 Partages
Maxime BOUHIER
25 ans - Diplômé école de journalisme de Nice option sport - rédacteur TodayCycling. Passionné par l'information en général, dont le sport. Aime le cyclisme, foot, tennis, sports mécas, sports d'hiver,... Mes passions : cyclisme et course à pied (4 marathons).

3 commentaires

  1. Sagan the best
    Démare à deux vélos dans un sprint à dix dont 6 non sprinters…..toujours aussi nul.il est là grâce à une chute ,comme d’hab.
    Ce gars ne vaut pas mieux que son manager.

  2. Revanches en effet que ces deux premières étapes du tour 2018 : Gaviria devant Sagan puis Sagan devant Colbrelli, l’inverse des deux premières étapes en ligne du tour de Suisse…. Cette fois-ci Sagan a bien lancé le vélo : il peut tourner la tête vers sa gauche et son second Colbrelli qui l’avait devancé en Suisse… Mais nous sommes sur une toute autre course, avec beaucoup d’enjeux et de tension sur deux premières étapes assez tourtueuses et tormentées,, et naturellement de nombreux coureurs qui se louchent sur des putes à répétition.

  3. Sprint particulier . Sagan a gagné devant Colbretti qui revenait bien . Par contre j’ai pas compris la quick step . Après la chute de Gaviria on voit Julian Alaphilippe parler , on peut supposer qu’il est informé de la chute . Philippe Gilbert semble se désintéresser du sprint et Julian le lance à 400 mètres sans conviction ( mais pour qui ? ) . D’ailleurs ils finissent tous les deux un peu désabusé . Ne pouvaient ils pas jouer leurs cartes personnelles ? Je regrette cette forme de cycliste tout pour un . Trop rigide , trop stéréotypé , qui ne donne pas la possibilité de sortie du schéma décidé avant le départ de la course .

Envie de réagir à cet article ?

Entrez votre réaction ici
Entrez ici votre nom / pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.